Edito

Cela se passe dans un pays européen : En Grèce, le gouvernement fait fermer 2 chaînes de télévisions publiques

J.B. / 13 juin 2013

Mardi le gouvernement Grec fait fermer 2 chaînes audiovisuelles et licencie près de 2.700 personnes, sans aucune forme de procès. Il applique ainsi une directive des bailleurs de fonds de supprimer 14.000 emplois publics. La brutalité de la décision et l’absence de recours des 2.700 victimes ont provoqué une grande grève dont personne ne mesure l’issue.

Le pays s’était engagé auprès des bailleurs de fonds : Banque Centrale européenne, Commission européenne et Fonds Monétaire international, pour alléger le nombre de postes dans la fonction publique. Les solutions ont traîné pour atteindre un objectif de suppression de 14.000 postes d’agents de la fonction publique. Devant la pression du FMI, le gouvernement a voulu montrer sa bonne volonté, il a tranché dans le vif. Il a déclaré qu’il n’avait que cette solution à portée de mains. Ce que vient confirmer le PASOK, un parti de la coalition au pouvoir, opposé à cette fermeture. Pour lui, la « troïka » était présente en Grèce depuis lundi pour vérifier la bonne exécution du programme de consolidation budgétaire. Ils ont pesé sur les dirigeants grecs.

Voilà qui devait faire réfléchir tous ceux qui n’ont pas compris que les 2 années de délai accordées au gouvernement français par la Commission européenne, c’est pour imposer encore plus de difficultés aux Français. La France comme la Grèce sont 2 pays de l’Union européenne dont les décisions budgétaires sont sous tutelle. La France a même été sommée de présenter un rapport d’application des directives... tous les 6 mois.

Pendant ce temps à La Réunion, des élus continuent à gaspiller l’argent public pour faire la fête...

J.B.


Kanalreunion.com