Edito

Célébration du 20 décembre : un mouvement irréversible

J.B. / 21 décembre 2012

Le Parti Communiste Réunionnais ne peut que se féliciter de l’ampleur des manifestations célébrant l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage à La Réunion. Chaque année, les organisateurs rivalisent d’ingéniosité pour offrir le meilleur programme aux participants. C’est un mouvement irréversible qui exprime la volonté des Réunionnais à prendre en mains leurs affaires.

En effet, personne n’a oublié qu’à La Réunion pendant très longtemps, nous devions célébrer une seule histoire : l’histoire officielle. L’autre histoire, celle qui fonde notre existence, l’histoire du peuple réunionnais, était dénigrée et combattue par les tenants du pouvoir et ses complices.

Deux courants politiques se sont affrontés. Celui qui a remporté la victoire, c’est celui qui reconnaît l’existence du peuple réunionnais et donc l’Histoire réunionnaise, à égalité avec l’histoire des autres peuples.

Aujourd’hui, on fête le 20 décembre partout. Le Maloya est dansé partout. Il y a 30 ans de cela, tout cela était interdit. Des camarades ont été poursuivis devant les tribunaux pour avoir fêté le 20 décembre et fait un maloya.

Le 20 décembre férié et chômé était une revendication portée par le PCR et des organisations sociales, c’est-à-dire que cette journée fériée est comptée dans la paye des travailleurs.

JPEG - 26.9 ko

Le tournant de tout ce mouvement a été consacré au Congrès du PCR, en 1976, qui a fait découvrir publiquement le Maloya. Puis, il a sorti 7 disques d’un coup. Aujourd’hui, cette danse se trouve dans toutes discothèques.

Plus tard, on a instruit le dossier de la reconnaissance de l’esclavage crime contre l’humanité et celui du Maloya.

La France a reconnu que l’esclavage est un crime contre l’humanité et a proposé des actes de réparation. C’est ainsi que le 10 mai est la journée nationale de Commémoration de l’abolition de l’esclavage et de la traite négrière. L’Histoire de l’esclavage intègre le programme scolaire. Un Comité suit les initiatives pour améliorer la connaissance historique.

Aujourd’hui, notre Maloya est inscrit au patrimoine de l’Humanité.

Que de chemin parcouru en quelques décennies. C’est un travail qui a mobilisé beaucoup de Réunionnais, dont le PCR. L’ampleur du mouvement de célébration montre combien ses dirigeants avaient eu raison. Le combat doit continuer jusqu’à ce que le peuple réunionnais soit respecté dans ses choix fondamentaux. Le mouvement est irréversible.

J.B.


Kanalreunion.com