Edito

Cette campagne électorale a vraiment besoin de débats démocratiques

J.B. / 19 septembre 2015

Cette campagne électorale a vraiment besoin de débats démocratiques, sains et populaires. Il y a d’abord, le contexte électoral. Qu’est ce que la population doit retenir d’essentiel par rapport aux événements qui vont impacter son avenir durant la mandature régionale ?

Le scrutin a lieu en même temps que la Conférence de Paris sur les conséquences du réchauffement climatique. 40 000 personnes sont attendues pour débattre des propositions que le groupe de synthèse a recueilli ; d’ici-là, chacun devra faire des propositions pour atténuer le réchauffement. Il serait très curieux de savoir ce que les candidats et candidates qui sollicitent les suffrages de nos compatriotes ont déposé comme proposition, soit pour peser sur les décisions, soit pour les anticiper par des mesures concrètes. Le monde entier regorge d’initiatives en tout genre. Qu’ont-ils envisagé pour le siècle en cours ?

Sur cette même durée, chaque candidat et candidates possèdent les derniers chiffres de l’ONU sur la progression démographique. C’est pareil : où sont leurs propositions devant les conséquences désormais irréfutables ? Il y aura des mouvements de population, en interne et en externe. Voyez ce qui se passe en Europe. Comment La Réunion va-t-elle s’inscrire et vivre dans son grand voisinage ?

Notre patrimoine économique fout le camp pour enrichir des capitaux étrangers. Citons quelques exemples. Toute la filière canne-suçre est allée dans les mains de Tereos, une coopérative d’agriculteurs européens. La quasi totalité des services financiers (banques, assurances, etc) est passée à l’extérieur. Voyez les enseignes des grandes distributions, celles des concessionnaires automobiles, les hôtels, sans oublier Edena. Tout s’est accéléré, et les Réunionnais sont réduits à de simples consommateurs chargés d’enrichir les nouveaux capitaux. Que proposent les candidats et candidates pour arrêter l’hémorragie ?

Tous ces risques écologiques, démographiques et économiques sont connus. Pourquoi les seuls qui en parlent et qui invitent les Réunionnais à débattre sur ces sujets sont le PCR, en particulier Paul Vergès ? N’est-ce pas là notre force ? Comment confondre cette force majeure avec des péripéties électorales, quelle que soit l’importance de tel ou tel scrutin, d’ailleurs ?

Devant l’Histoire, personne n’échappera à ses responsabilités. Un exemple tout simple : les Réunionnais sont-ils préparés à affronter la fin des frontières conformément aux règles de la mondialisation et de la globalisation de l’économie ?


Kanalreunion.com