Edito

Chère lectrice, cher lecteur,

J.B. / 21 janvier 2012

Le journal que vous tenez dans les mains a été créé par Raymond Vergès, le 5 mai 1944. Il avait 62 ans et la guerre n’était pas finie. Il a mis ses moyens à la création d’un outil au service des luttes sociales. Dans 2 ans, cela fera 70 ans que “Témoignages” vit et agit au cœur des luttes réunionnaises pour une société plus juste et égalitaire.

C’est un long combat.

À cause de cela, il fut saisi 44 fois pour des écrits qui ne plaisaient pas au pouvoir en place. Tous ses directeurs ont été condamnés pour délits de presse par l’appareil judiciaire. Les médias en France ne sont jamais tendres envers le pouvoir et ses serviteurs, mais aucun d’entre eux n’a connu le niveau de répression que nous subissons. Pire, Paul Vergès a été condamné pour avoir reproduit un article parisien, sans commentaire !

C’est pourquoi nous parlons de justice d’exception, en milieu colonial.

Actuellement, Didier Robert, président de la Région a porté plainte contre nos articles qui informaient les lecteurs sur l’achat par le Conseil régional d’un terrain à Saint-Denis. Ce terrain a été évalué par les services des Domaines à 11,66 millions d’euros. C’est une importante somme. Malgré ce prix, le président de la Région a décidé de donner 10% de plus ainsi qu’un bonus de 740.000 euros à son propriétaire. Est-ce un crime d’avoir soulevé ces faits ?

La question mérite d’être posée puisque Didier Robert n’est pas un expert des estimations foncières. Il est seulement un élu, gestionnaire des deniers publics, et il doit veiller à ne pas dépenser plus qu’il n’en faut. D’ailleurs, c’est pour son incompétence en la matière qu’il a sollicité l’expertise des services des Domaines. Par conséquent, qu’est-ce qui lui permet de donner 10% de plus ? En un mot : en quoi les experts reconnus ont-ils failli dans leurs évaluations ? En quoi cela nécessite un correctif de 10% ? Pourquoi pas 9 et pourquoi pas 11 ?

Ces interrogations sont essentielles, car dans un autre dossier la puissance publique avait acheté un terrain sans dépasser le prix fixé par les Domaines, et la brigade financière avait estimé que ces évaluations avantageaient le vendeur.

Pour n’importe quel observateur, cette contradiction vous saute aux yeux. Notre journaliste s’étonne de ce surplus et pose la question de la transparence dans les affaires publiques, en faisant un parallèle avec une affaire mauricienne qui a nécessité l’intervention d’une inspection. Il ne fallait pas plus pour que Didier Robert portât plainte contre notre journal, pour diffamation et insinuation.

Il n’est pas content ! Nous non plus.

Un autre fait est troublant. Le propriétaire du terrain qui a bénéficié des 10% de bonus est le propriétaire du “Journal de l’Ile de La Réunion”. Ce journal passe son temps à salir le PCR et ses dirigeants. Quand on connaît la position de ce journal depuis sa création, on constate que les patrons changent, mais la ligne est intacte. À défaut d’informations, il lui arrive de transformer des ragots en vérité journalistique affublée de la remarque : « selon la rumeur » ! C’est plus facile que d’apporter les réponses à nos questions légitimes.

Voilà une raison supplémentaire de lutter avec “Témoignages”. Notre journal sera toujours solidaire de la lutte pour la justice, l’égalité, la solidarité, la dignité réunionnaise et le respect de la parole donnée.

J.B.


Kanalreunion.com