Edito

Comment on écrase l’Histoire

Geoffroy Géraud-Legros / 23 août 2010

Pourrie par le populisme, la campagne de la liste UMP aux élections régionales faisait feu de tout bois contre ses adversaires. Aux accusations gratuites contre les personnes, à la diffamation et aux injures les plus écœurantes envers les membres de l’Alliance s’ajoutaient les rumeurs les plus absurdes, propagées en toute connaissance de cause.

S’en souvient-on ? Selon l’une d’entre elles, le tracé du Tram-Train prévoyait de faire passer le chemin de fer sur les ruines du Lazaret de la Grande-Chaloupe, lieu de mémoire lié à l’engagisme. Et cela était fait exprès, ajoutait-on du côté des professionnels de la haine et du ladi-lafé, de leur blog et de leur radio en campagne. Une désinformation manifeste, dans le but évident de jouer des préjugés et d’attiser les suspicions « communautaires ». Dans les conditions normales d’une société normale, média et représentants de la société civile auraient balayé l’absurdité d’une pareille entreprise… et dénoncé comme il se doit les visées malsaines.

Il faut croire que nous vivons dans une société bien malade. Car dans le monde de la presse, parmi les garants du savoir académique et même parmi ceux qui étaient au fait de l’affaire du Lazaret, fort peu se sont employés à faire taire la rumeur. D’autres, il faut bien le dire, l’ont franchement accréditée. Paresse ? Laisser-aller ? Ou complaisance, dans une atmosphère où le lynchage de l’Alliance et de ses projets étaient devenu chose banale ?
Le fait est qu’à quelques jours des élections, on était tombé si bas que des penseurs de café du commerce clamaient, avec la bienveillance des bien-pensants et l’appui d’une certaine presse, que le Tram-Train passerait délibérément sur les tombes de nos ancêtres, engagés et esclaves.

C’est une tout autre réalité qui apparaît aujourd’hui : recruté au Tampon par Didier Robert, maire UMP de Saint-Philippe, conseiller régional UMP, Olivier Rivière a envoyé les bulldozers sur le cimetière marin de Basse-Vallée, qui remonterait à 1820. Et pour le coup, en sachant très bien ce qu’il faisait, le site ayant été répertorié de longue date. Pris la main dans le sac, le premier magistrat de Saint-Philippe se défend comme il peut et annonce qu’il prendra un « arrêté de classement ». En attendant, il est responsable de l’arrachage de plusieurs pierres tombales et du saccage volontaire d’un lieu chargé d’histoire. Une profanation bien réelle…face à laquelle on attend toujours la réaction de ceux qui, pour des raisons politicardes, étaient si prompts hier à dénoncer un attentat imaginaire contre la mémoire des Réunionnais…

G.G.-L.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • C’est vrai qu’on n’entend plus les Franco, les Brosse et les Couapel et tous les autres, qui avaient découvert la mémoire des Malbars pendant la campagne. Simplement parce que ça leur permettait d’insulter Vergès.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Tout à fait d’accord ! Honteux, ce qui s’est passé à St philippe ! On crache sur les tombes ! Tout comme De Chateauvieux qui détruit tout le patrimoine industriel de l’île pour vendre aux plus offrants et aussi sans doute effacer ses traces d’esclavagiste. Sidéré que la DRAC n’est pas classé tout ça et laissé faire !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • C’est simple :
    - VERGES et l’ALLIANCE construisent une stèle aux esclaves
    - RIVIERE et L’UMP foutent en l’air les tombes de nos ancêtres

    Bienvenue en sarkozie les gars

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Et voila comment on écrase l’histoire en effet !! Triste sort que celui de ce cimetière plein d’histoire.

    Et dire que tout cela se fait sans aucun scrupule ! Je trouve cela honteux.

    Mais je trouve cela encore plus bizarre que ca se soit fait simplement comme ça !

    Raoul

     

    Quand vous jouez sur un, vous pouvez remarquer que les actions de jeu exécutées par le logiciel du casino sont très variées le casino en ligne

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • On écrase l’Histoire de la Réunion, aujourd’hui déjà par la nomination de quelqu’un(e) qui se serait fait(e) remarquer tout en établissant sa renommée sur le fait d’avoir dit ou chanter que nos ancêtres n’étaient pas des gaulois.

    C’est une manière de propulser notre histoire dans l’oubli, pourvu que ça sent la banane, la vanille ou le cumin.

    Surtout que je ne suis pas en train de dénigrer l’artiste, encore moins sa production que je te trouve merveilleuse.

    Mais l’utilisation de quelqu’un du terroir afin et aux fins de faire passer la pilule inoculante de l’alzheimer collectif.

    Je me souviens d’un autre artiste de renom qui du haut de son archet a su dire :
    "Oté ! zoreil, quoça qu’te la nu fout’ ici, dépêche à toué pou retourner dans ton pays, dan’ 403 etc,etc,etc..."

    Cela relate bien le comportement colonialiste de ceux qui soit-disant venaient représenter la France.

    D’ailleurs, on a attendu qu’il ne soit plus des nôtres pour donner son nom à une salle en terme de reconnaissance.

    Devra-t-on attendre que tous ceux qui défendent La Réunion n’y soit plus pour reconnaitre trop tard qu’on ne peut plus rien inscrire sur le marbre funéraire.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com