Edito

Consommateurs et travailleurs réunionnais réclament la transparence

J.B. / 16 mai 2013

La crise n’est pas pour tout le monde. Le mois dernier, toutes les banques ont publié leurs résultats. Toutes les enseignes ont déclaré des résultats positifs, y compris les banques à orientation publique comme la CDC (Caisse des dépôts et consignations) et l’AFD (Agence française de développement). Après plusieurs années difficiles, l’optimisme était de règle lors de la présentation des résultats excédentaires. Lié à la finance, l’autre secteur florissant est celui des assurances qui inventent chaque jour des risques potentiels et culpabilisants pour soutirer de l’argent aux consommateurs. Mais les spécialistes pour vider les poches des consommateurs, c’est la grande distribution. Aujourd’hui, certains groupes distribuent non seulement des marchandises, mais vendent également du crédit.

Pour l’essentiel, tous ces secteurs florissants se trouvent aujourd’hui aux mains des capitaux extérieurs. Les Réunionnais ne sont bons qu’à enrichir ces détenteurs de capitaux dont ils ignorent l’existence. Maintenant détenteurs du capital, ils décident d’exclure les Réunionnais de l’emploi. Le débat ouvert par les travailleurs de la SERMAT soulève cette question.

En un demi-siècle, schématiquement, le volume de marchandises à transborder a été multiplié par 10, mais le nombre de travailleurs a été divisé par 10. Les entreprises de manutention sont les grandes gagnantes de ces évolutions. Elles en ont profité pour se regrouper et augmenter leur pouvoir de décision sur toute la chaîne de la création de richesses. Depuis quelque temps, ils manœuvrent pour diminuer l’emploi des Réunionnais. Si les travailleurs réunionnais et leurs organisations syndicales ne sont plus respectés, les employeurs disposeront d’un pouvoir absolu sur un élément constitutif de la formation des prix à La Réunion. Les patrons de la manutention trouveront toujours des arrangements avec leurs homologues de la grande distribution pour améliorer leur profit. Ils seront toujours unis pour combattre l’emploi des Réunionnais et augmenter les prix.

Tous ceux qui se battent pour l’amélioration du pouvoir d’achat doivent être solidaires des grévistes, car en réclamant la transparence sur les comptes des sociétés manutentionnaires, ils mettent le doigt sur le système opaque qui fabrique la vie chère. En pleine crise, consommateurs et travailleurs doivent démasquer les profiteurs.

J. B.


Kanalreunion.com