Edito

Coupe du monde : à 10 centimètres de la fin

J.B. / 30 juin 2014

Depuis le début de la Coupe du monde de football, une grande attention médiatique est portée sur le Brésil, pays organisateur. Là bas, cette compétition est loin de susciter l’unanimité. Très nombreux sont les Brésiliens à s’opposer à cette manifestation. Ils jugent en effet que les milliards dépensés pour construire des stades auraient mieux été employés pour faire sortir de terre des écoles, des hôpitaux et autres infrastructures susceptibles d’être utilisées par tous les Brésiliens.

Au Brésil se tiendront des élections au mois d’octobre. Le gouvernement est loin d’avoir gagné. Les socio-démocrates sont loin d’avoir réussi à changer les structures d’un des pays les plus inégalitaires du monde. La compétition de football est donc autre chose qu’une simple rencontre sportive.
L’équipe du Brésil jouait le match d’ouverture. Sans les erreurs d’arbitrage, elle ne pouvait pas gagner. Le ton était donné, les enjeux économiques sont très importants

Samedi, l’équipe du pays organisateur a failli être battue. Dans la dernière minute de jeu, un joueur du Chili a tiré sur la barre. 10 centimètres plus bas, c’était le but, et un temps trop court pour essayer d’égaliser. Le coup est passé très près, car avec tous les milliards engloutis pour cette coupe de football, le comble aurait été que le pays dépensier soit éliminé de manière aussi prématurée, en ayant seulement fait un match de plus que l’Afrique du Sud d’il y a quatre ans.
À 10 centimètres près, c’était la fin.

J.B.


Kanalreunion.com