Edito

Crise à Mayotte

Témoignages.re / 16 janvier 2017

JPEG - 13.7 ko

En 2015, Mayotte avait enregistré 9.000 naissances, l’an dernier ce nombre a été plus important : 9.514. Dans ces conditions, le nombre de naissances constitue un facteur important de la croissance démographique de l’île. Elle va amener Mayotte à approcher 500.000 habitants en 2050, et à dépasser 700.000 en 2100.

Aujourd’hui, la forte densité de population pose déjà problème. En effet, à densité égale, c’est comme si La Réunion avait 1,2 million d’habitants. Cette hausse augmente la pression sur les ressources, en particulier l’eau.

La pénurie avait entraîné d’importantes restrictions, avec de l’eau au robinet seulement un jour sur trois dans le Sud de l’île. Cette situation avait entraîné le report de la rentrée scolaire.

La pression démographique a également des conséquences sur l’aménagement du territoire. La semaine dernière, une forte pluie a été à l’origine d’un glissement de terrain qui a englouti la maison d’une famille dans son sommeil. Un enfant n’a pas survécu. Cette famille vivait dans un bidonville.

En 1975, la France a refusé de reconnaître le résultat du référendum d’autodétermination qu’elle avait elle-même organisée. Elle avait choisi de séparer Mayotte des autres îles de l’ancien Territoire d’Outre-mer des Comores dont les habitants s’étaient prononcés pour l’indépendance. À l’époque, Mayotte comptait moins de 50.000 habitants. Aujourd’hui, elle en a 5 fois plus et entre temps, l’île est devenue un département français.

La pression démographique, les décisions de la France et l’application d’un système inadapté précipite Mayotte dans la crise.