Edito

Crise en Europe : l’escalade de l’OTAN condamnée par Mikhaïl Gorbachev

J.B. / 12 février 2016

Pendant que les feux de l’actualité étaient braqués sur le remaniement ministériel en France, une décision très inquiétante a été annoncée la veille à Bruxelles, siège de l’OTAN.

Chine Nouvelle indique que « les ministres de la Défense de l’OTAN ont convenu mercredi lors d’une réunion ministérielle de renforcer la présence militaire dans l’Europe de l’Est, a indiqué le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg au cours d’une conférence de presse à l’issue du premier jour de la réunion.

M. Stoltenberg a déclaré que cette présence multinationale renforcée « sera tournante et soutenue par un programme d’exercices, et elle sera complétée par la logistique et l’infrastructure nécessaire pour soutenir le pré-positionnement et faciliter un renforcement rapide ». »

Jens Stoltenberg a précisé : « Nous avons triplé la taille de la Force de réaction de l’OTAN à plus de 40 000 soldats, avec au cœur de cette force la nouvelle “Spearhead Force”. Et nous avons activé six mini-quartiers généraux dans les pays alliés à l’est, et sommes en train d’en établir deux de plus ».

À noter également que la semaine dernière, le ministère des Armées des États-Unis a annoncé pour 2016 la multiplication par quatre de son aide militaire aux pays de l’OTAN en Europe « en réponse à l’agression russe en Europe de l’Est et dans le monde entier ». Pendant ce temps, la somme allouée à la lutte contre le Groupe Etat islamique n’augmente pas dans les mêmes proportions : 50 %, soit 8 fois moins. Cela montre que les faits contredisent les déclarations. L’Europe va-t-elle redevenir un terrain de manœuvre de l’OTAN comme à l’époque de la Guerre Froide ?

Dans la Russie, pays visé par cette escalade militaire, Mikhaïl Gorbachev, dernier président de l’URSS a dénoncé cette décision. Pour l’ancien Prix Nobel de la Paix, « La Russie doit répondre aux velléités de l’Otan de renforcer sa présence militaire en Europe de l’Est « comme toujours, dignement et sérieusement », mais sans avoir recours à la force ». L’OTAN justifie son escalade militaire par la situation en Europe de l’Est, avec en particulier la crise en Ukraine. Pour le dirigeant qui a réussi à mettre fin à la Guerre Froide : « Je pense que ce sont les Etats-Unis qui ont semé la pagaille. Ils se servent des contradictions, des bras-de-fer, ils interviennent et exacerbent des conflits ». Le choix des États-Unis d’amener en Europe pour plus de 20 milliards d’armes est qualifié d’ « erreur ». « Cette politique ne donnera rien », déplore Mikhaïl Gorbachev.

La guerre contre le terrorisme n’est manifestement pas le front principal de Barack Obama. En tant que pays de l’OTAN, la France sera forcément impliquée dans ce déploiement de forces. Cela ne sera pas non plus sans conséquence sur le budget et les arbitrages qui seront faits, dans un contexte de crise économique.


Kanalreunion.com