Edito

Daech élément d’une crise globale au Moyen-Orient

J.B. / 21 novembre 2015

L’Arabie Saoudite est un pays allié des Occidentaux, et notamment la France. Il est actuellement engagé dans la guerre civile au Yemen. Elle soutient un gouvernement sunnite opposé à des rebelles chiites. Ses avions sont responsables de bombardements qui ont semé la mort. Depuis le mois de septembre, l’Arabie Saoudite a envoyé des milliers de soldats combattre au sol au Yemen. Elle est un très bon client des marchands de canon de l’Occident.

Loin d’être un modèle de démocratie, le royaume intégriste a encore rappelé hier la nature de son régime. Un poète palestinien a été condamné à mort pour apostasie. Depuis le début de l’année, 151 personnes ont été exécutées dans ce pays, ce qui est sans doute le plus fort taux de mise à mort par habitant. Souvent les victimes de ces crimes d’État sont des travailleurs étrangers, qui y subissent l’esclavage. À maintes reprises, les organisations de défense des droits humains ont condamné ces procès iniques. Cela n’a pas ému les dirigeants occidentaux qui soutiennent ce régime.

En première instance, le poète avait été condamné à 4 ans de prison et 800 coups de fouet. Il a publié un ouvrage dont le contenu est jugé blasphématoire par les intégristes au pouvoir. Démentant cette accusation, le poète avait néanmoins demandé pardon. Les juges du premier tribunal n’avaient pas voulu le condamner à mort, mais lui avaient infligé comme peine un acte de torture. Un second tribunal est revenu sur le jugement, en donnant à cette barbarie une dimension encore plus forte.

Des liens ont déjà été démontrés entre l’Arabie Saoudite et les groupes terroristes. Au départ, ces derniers étaient utilisés contre l’URSS en Afghanistan. Puis ils ont échappé au contrôle de leurs créateurs. Aujourd’hui, ils contrôlent un vaste territoire et disposent de finances suffisantes pour s’auto-proclamer à la tête d’un État, Daech.
C’est le résultat d’une évolution à laquelle les Occidentaux par leur allié interposé ont contribué. Il faudra de nombreuses années pour tout réparer afin d’aller vers une solution globale au Moyen-Orient, car il est difficile de penser vaincre le terrorisme tout en continuant à soutenir des régimes dictatoriaux.


Kanalreunion.com