Edito

Dans 3 semaines, votez pour La Réunion !

J.B. / 5 septembre 2011

Dans 3 semaines, le Sénat peut changer de majorité. C’est une hypothèse de plus en plus probable compte tenu de la mauvaise politique de ce gouvernement. Quel est le candidat qui va se présenter aux grands électeurs pour soutenir la catastrophe qui s’annonce, conséquence d’un budget de rigueur de plus de 110 milliards ?

Les élections sénatoriales auront lieu le 25 septembre. 1.200 « grands électeurs » s’apprêtent à désigner les 4 sénateurs qui représenteront La Réunion au Palais du Luxembourg. C’est un vote à un tour et au scrutin proportionnel. Ces 1.200 personnes ont une grande responsabilité car ce parlement vote des lois, comme d’ailleurs l’Assemblée nationale où siègent nos 5 députés.

Une liste conduite par Paul Vergès représentera une large union de l’Alliance-PCR-Moderes, sur laquelle se trouvent Gélita Hoarau, sortante, et Michel Dennemont, issu de la 3ème composante de la coalition majoritaire au Conseil général. L’UMP sera représentée par 2 listes : l’une sera conduite par Jean Paul Virappoulé, sortant, et l’autre, officiellement investie, par le tandem Michel Fontaine-Didier Robert. Michel Vergoz dirigera liste socialiste. Les Verts et le Front de gauche disposeront aussi d’une liste mais sont sans illusion d’obtenir un élu.

La campagne électorale se fera sur fond de débats parlementaires qui démarrent demain. L’ordre du jour porte sur le budget rectificatif 2011 et sur la préparation du budget primitif 2012. Les discussions détermineront sur quelles catégories de population se fera la contribution financière la plus large. En un mot qui paiera la facture de l’austérité : les riches ou les plus pauvres ?

Ça promet d’être animé. Jean-Pierre Raffarin, bien qu’il soit de l’UMP, a montré de manière éclatante qu’il est possible de faire reculer le gouvernement sur des mesures qu’il juge injustes. Il est lui-même sénateur. Peut-on attendre moins de nos candidats aux sénatoriales ? Les Réunionnais seront vigilants.

Le cas de Michel Vergoz est intéressant : dans une interview parue dans le “Jir” de samedi il est questionné sur l’appel à l’union sacrée lancée par Paul Vergès. Il répond : « ce que je veux entendre, lorsque Paul Vergès en appelle à l’union sacrée contre le gouvernement actuel, c’est qu’il soutiendra un candidat en 2012 le (ou la) candidate du PS seul(e) capable de battre Nicolas Sarkozy ». Voilà sa condition préalable.

S’il avait appliqué à lui-même ce conseil avisé, nous n’aurions pas eu son soutien à la politique de casse sociale et économique menée actuellement par Didier Robert l’UMP. Les Réunionnais prennent l’habitude de voter sur des projets concrets, comme la route des Tamarins, le Tram Train, la MCUR, etc. Pour s’être opposé à tous ces projets concrets, le candidat partisan qu’il fut n’a obtenu que 13% des voix, soit 3 points de moins que 6 ans auparavant. En son temps, le Président Mitterrand l’avait bien compris en répondant positivement à l’Égalité sociale que revendiquait le peuple réunionnais. Il reçut un triomphe populaire.

J.B.


Kanalreunion.com