Edito

Dans la série, ça n’arrive pas qu’aux autres...les inondations en Europe.

J.B. / 11 juin 2013

Depuis une semaine, de fortes pluies s’abattent sur les pays de l’Europe Centrale et provoquent des dégâts importants dont l’estimation dépasse déjà plus de 10 milliards d’euros. La situation n’est pas prête de s’améliorer puisqu’on annonce l’éclatement des digues, comme on a pu voir à New Orléans.

L’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la Hongrie, la République Tchèque, la Slovaquie, etc sont les pays les plus touchés. En Allemagne, 2 digues ont cédé sous la pression de l’eau entrainant des évacuations de populations et des inondations de villages entiers. Pour l’heure, on ne compte pas de victimes mais les dégâts matériels sont immenses. L’économie est très touchée. Les cultures, les usines, les infrastructures et équipements publics sont très endommagés. Mais, c’est surtout la solidarité tout azimut qui fait face à l’adversité.

RFI rapporte : « Sans ses milliers de bénévoles, la Hongrie s’en serait beaucoup moins bien sortie. Certains Hongrois qui vivent loin du Danube ont traversé le pays pour prêter main forte aux villages menacés. Tout le monde a mis la main à la pâte. Des enfants de 5 ans, des grands-parents, et des personnes à mobilité réduite ont spontanément proposé leur aide. Même à Esztergom, une ville de 35 000 habitants au nord de Budapest. Une ville très divisée, entre droite et gauche. Mais avec la crue du Danube, oubliées les querelles, les habitants se sont serrés les coudes. « On a mis nos différences politiques et religieuses de côté, dit Janos Pal Knapp, directeur de l’entreprise de gestion de la ville, et on s’est unis, pour protéger la ville. Catholiques, protestants, baptistes…. on était tous ensemble pour remplir des sacs de sable. Après, on recommencera à se disputer ! Comme d’habitude ! »...La société hongroise est très divisée. Mais dès qu’une catastrophe se profile à l’horizon, c’est l’union sacrée. »

Chez nous, on inaugure le nouveau pont de la Rivière Sainte Etienne. L’ancien a cédé sous la pression de l’eau qui déferlait le lit de la rivière. Son coût a été le triple du montant prévu par l’Etat car l’ensemble de l’opération au tram train. Il ne sera pas de service. Ainsi, en a décidé la nouvelle direction de la Région. La leçon a retenir : dans la société réunionnaise, au sommet de la classe politique, on n’est pas capable de s’unir et unir le peuple sur l’essentiel. A notre échelle, nous avons des élus qui n’ont aucune modestie devant les évènements qui nous dépassent.

Puisse l’exemple rapporté des pays du Nord aider à sauver les élus Réunionnais de l’égoïsme et le sectarisme ! Car, ça n’arrive pas qu’aux autres. Et, le pire est toujours à venir.

J.B.


Kanalreunion.com