Edito

De la Mer Méditerranée à la Mer Comorienne

Ary Yée Chong Tchi Kan / 25 avril 2015

De part ses responsabilités, Mme Paul-Langevin a survolé la Mer Méditerranée pour atterrir à Mayotte. Les deux géographies distantes de plusieurs milliers de kilomètres sont reliées par une triste réalité commune. Ce sont les 2 endroits les plus connus au monde où la mer engloutit chaque année des centaines, voire des milliers de vies innocentes à la recherche d’un mieux vivre.

C’est la France qui a crée la situation d’inégalité en Mer Comorienne, transformant Mayotte en modèle à atteindre et en interdisant les populations voisines d’y avoir accès. Quelle que soit la rhétorique utilisée pour justifier cette situation, il ne faut jamais oublier que pendant plus d’un siècle, la France avait la responsabilité de développer l’ensemble comorien, elle ne l’a pas fait. La nouvelle situation a déjà poussé à la noyade plusieurs milliers de personnes qui ont pris le risque d’aller a Mayotte en Kwassa Kwassa dans des conditions extrêmes. Ceux et celles qui ont réussi à atteindre la terre ferme sont reconduits à la frontière. Près de 20 000 par an. Ces chiffres ne peuvent qu’augmenter dans l’avenir.

Toujours la France, elle a bombardé la Libye et détruit les institutions étatiques, son économie. Etait-ce bien le but visé par Sarkozy quand il avait lancé l’opération militaire avec son ami Cameron, Premier ministre de Grande Bretagne ? Le résultat de l’intervention a créé le chaos. Les survivants sont obligés de fuir leur propre pays. Cette situation extrême a conduit des dizaines de milliers de personnes à tenter la traversée de la Méditerranée pour atteindre l’Europe, présentée comme modèle de vie et de stabilité. Beaucoup ont péri en mer, avec femmes et enfants. Le scandale est tellement énorme que L’Union européenne a été appelée au secours.

Hélas, que peut l’Europe quand l’un de ses membres utilise sa puissance militaire pour aller régler des comptes avec des peuples qui ont eu le malheur de choisir des dirigeants qui ne plaisent pas aux Français. En Libye, Kadhafi a été assassiné parce qu’il était accusé de dictateur. Aux Comores, les dirigeants étaient assassinés par des mercenaires français qui devenaient les maîtres du pays. L’ambassade continuait à coopérer. L’alternance politique n’a rien changé. La France est actuellement en guerre ouverte contre la Syrie. Le cas de l’Irak voisine envahie par les Américains sur la base d’un mensonge ne suffit pas pour montrer le ridicule de la situation.

Si la gauche a encore un sens, combien de jours de deuil seront décrétés par le gouvernement socialiste pour saluer la mémoire de ces milliers de morts innocents péris en Méditerranée ? Mme Pau-Langevin aura-t-elle un mot de condoléance envers les familles qui ont perdu un des leurs en Mer Comorienne ?


Kanalreunion.com