Edito

De nouvelles pertes pour La Réunion

LB / 6 avril 2010

Compte tenu de ses conséquences sur l’économie de notre île, sur la situation sociale, sur l’environnement et donc sur la vie quotidienne des Réunionnais, l’événement qui reste au centre de l’actualité est l’annonce par le nouveau président de la Région de renégocier les grands travaux pour des services publics déjà prévus par la collectivité, en partenariat avec l’État, entre autres. Des négociations prévues dans les prochains jours.
Mais Didier Robert a-t-il pris en compte le contexte dans lequel il a fait cette annonce la semaine dernière à Paris ? Si non, il est mal informé, ce qui est difficile à croire, et les Réunionnais le paieront très cher ; si oui, c’est encore plus grave, car cela dissimule une entente "an misouk" avec le pouvoir, aux effets encore plus négatifs.

En effet, il faut savoir, comme "Témoignages" l’a expliqué samedi dernier, que les intentions proclamées par Didier Robert se situent dans un contexte de déficit et d’endettement publics records de la France. Des records sur lesquels le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale s’appuie pour attaquer les collectivités.
Ainsi, pour Jean-François Copé, "dalon" de Didier Robert à la Direction de l’UMP, ce sont les collectivités de la République qui sont en grande partie responsables des trous énormes des finances publiques. Et une des priorités pour le gouvernement est d’obliger les Communes, Départements et Régions à diminuer leurs dépenses.

Dans ces conditions, Didier Robert doit être sincère et ne pas se voiler la face, en essayant une fois de plus de tromper les Réunionnais : toute renégociation du Protocole de Matignon va profiter à qui sinon au gouvernement, et au détriment de qui sinon des Réunionnais ? Car il est évident que l’État va saisir cette occasion pour diminuer sa contribution et/ou rallonger les délais de réalisation de certains travaux.
Déjà, depuis plusieurs années, l’État refuse de payer ses dettes aux collectivités réunionnaises, suite à des transferts de compétences non compensés au niveau des financements. Si Didier Robert persiste dans son erreur, le gouvernement va en profiter et La Réunion risque de subir de nouvelles pertes.

L. B.


Kanalreunion.com