Edito

Défaite des Conservateurs en Grande-Bretagne : le peuple s’est exprimé, rien n’est joué pour les législatives

J.B. / 9 juin 2017

JPEG - 13.7 ko

À deux jours du premier tour des élections législatives, le résultat du dernier scrutin en Grande-Bretagne est là pour rappeler que rien n’est joué. Les Conservateurs avaient la majorité absolue. Ils avaient fait campagne sur le thème du BREXIT, en apparaissant comme la principale force politique favorable à la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Ils avaient ainsi totalement marginalisé le parti d’extrême droite Ukip. C’est pour arriver en position de force au moment de négocier les conditions du BREXIT que Theresa May, Première ministre, avait pris la décision de dissoudre la Chambre des Communes, dans l’espoir de renforcer la majorité sortante.

Le résultat est à l’inverse des prévisions. Les Conservateurs ne sont plus majoritaires. Ils ont perdu une trentaine de sièges et en gardent autour de 300 selon les dernières estimations. Principal parti d’opposition, les Travaillistes ont remonté la pente sur la base d’un programme en rupture avec le social-libéralisme qu’ils pratiquaient quand ils étaient au pouvoir avec Tony Blair. Jeremy Corbyn, chef de l’opposition, prône en effet un programme de renationalisation des chemins de fer, des télécommunications et autres services publics. Il veut mener un programme où la priorité est la protection sociale des travailleurs. Cela a permis l’élection de 266 députés, un gain de 30 sièges. Troisième force politique du pays, les Libéraux-Démocrates ne remportent que 15 députés en raison d’un mode de scrutin qui empêche la juste représentation de tous les courants de pensée.

Le programme du Parti travailliste a dû faire face à une virulente campagne de presse qui appelait à tout faire pour infliger une défaite cinglante à l’opposition. Le but recherché était le départ de Jeremy Corbyn et son remplacement par une direction adepte du social-libéralisme. Ce plan a été un échec.

Une fois de plus, les tenants de l’ordre dominant ont été sanctionnés par la population. Ce résultat n’est pas sans rappeler celui du premier tour de la présidentielle à La Réunion. Jean-Luc Mélenchon, candidat soutenu par le PCR, était arrivé en tête dans notre île, défiant tous les pronostics.

Le résultat des législatives en Grande-Bretagne ne peut que renforcer la détermination de toutes celles et ceux qui sont convaincus qu’à La Réunion, la solution réside dans un programme de rupture avec le système en place. L’absence durant cette campagne de sondages diffusés dans la presse est là pour rappeler que pour ces élections législatives, rien n’est joué. Le PCR apparaît comme la seule force politique capable de rassembler sur un programme de rupture. Max Banon, Julie Pontalba et Gilles Leperlier mène la bataille dans trois circonscriptions. Le peuple peut faire mentir les pronostics.

J.B.


Kanalreunion.com