Edito

Déjà 1 à 0 contre l’UMP

J.B. / 19 mai 2012

À la veille du premier tour de la présidentielle, il était clair que la population allait sanctionner la politique de Nicolas Sarkozy appliquée à La Réunion par Didier Robert. Cette politique est la responsable de l’aggravation de la situation, car l’UMP a coupé toute possibilité de reprise à notre économie. Avec l’accord de Paris, Didier Robert a décidé de démolir le tram-train, la MCUR, la géothermie, le projet de route du littoral qui aurait dû être mis en chantier…
À cette volonté de sanctionner Didier Robert et Sarkozy, s’est ajoutée la perspective du possible développement du pays en cas de changement à la tête de l’État. C’est la contribution du Parti communiste réunionnais, au travers de l’accord sur les projets avec François Hollande, qui est devenu le contrat entre le nouveau président de la République et la population.

Avant même le premier tour de la présidentielle, Paul Vergès et Élie Hoarau avaient estimé qu’il sera possible qu’il n’y ait plus un seul député UMP pour représenter La Réunion au terme des législatives prévues un mois après le premier scrutin. Le résultat de la présidentielle a donné un crédit supplémentaire à cette prévision.
En effet, il suffit de constater que dès le premier tour, François Hollande arrive largement en tête partout. Il a la majorité absolue dans toutes les circonscriptions sauf dans la 1ère qui regroupe 7 cantons de Saint-Denis.
Au second tour le 6 mai, le rassemblement de toutes les forces de progrès autour du candidat du changement assurent une nette victoire dans toutes les circonscriptions à François Hollande. Sarkozy, soutenu par Didier Robert, est en dessous de 30%.

À peine une semaine après ce scrutin, et à un mois des législatives, un coup de tonnerre survient du côté du Tampon. L’UMP avait investi la candidate de Didier Robert, Nathalie Bassire, pour les législatives dans la 3e circonscription. Un tract fané au Tampon annonce qu’elle se retire de cette élection. La presse confirme l’information, et aussi que l’UMP n’a plus de candidat dans cette circonscription. À La Réunion, c’est du jamais vu, car la majorité parlementaire sortante ne sera pas représentée dans toutes les circonscriptions.
Ce retrait sans combattre raisonne comme un aveu d’impuissance venant de Didier Robert, le grand battu de la présidentielle dans notre pays. C’est une défaite personnelle pour lui, car il avait lourdement peser pour que l’UMP suive ses choix dans les investitures à La Réunion.
Cela signifie également que l’UMP vient déjà de perdre une élection avant même que le scrutin ait commencé. Déjà 1 à 0, et le 7-0 contre l’UMP se rapproche.

J.B.


Kanalreunion.com