Edito

Demain, les électeurs jugeront l’UMP

Témoignages.re / 26 mars 2011

La campagne électorale qui s’achève a mis en lumière la nécessité de changer la politique gouvernementale orientée vers la casse sociale et la casse des services publics. Le moindre progrès écologique a été battu en brèche. Le scrutin de demain doit renforcer le camp des élus de progrès dont l’une des tâches urgentes sera de préparer un programme alternatif pour enrichir le programme des candidats engagés dans la Présidentielle qui aura lieu dans un an. Depuis 60 ans, les partis parisiens se sont fourvoyés dans leur obstination à nous assimiler. Les faits sont têtus.

"Pôle emploi" dans sa dernière revue statistique illustre parfaitement la gravité de la situation. De février 2010 à février 2011, le nombre d’inscrit au pôle emploi a progressé de 11,2% pour atteindre le chiffre de 145.730 personnes. La moitié des demandeurs d’emploi (48,2%) n’ont pas travaillé depuis plus d’un an. Cela concerne 63.860 personnes ! Leur nombre a augmenté de 27,2% sur l’année écoulée.

Qui a envie de se trouver dans cette situation ? Pourquoi nos gouvernants parisiens s’entêtent-ils dans leur politique erronée ? Tout simplement parce qu’ils ont des élus Réunionnais qui sont les faire-valoir de leurs errements.
Didier Robert est un spécimen de cette triste réalité. En un an, il a tout cassé, il a tout voté à Paris, il n’a qu’une envie c’est de prendre le contrôle du Conseil général pour installer ses amis UMP pour casser le peu de solidarité qui est encore servie aux Réunionnais les plus démunis. Combien de fois n’a-t-il pas expliqué la nécessaire cohérence entre la politique gouvernementale, régionale et départementale ?

Quand on sait que le gouvernement a fait voter un plan budgétaire pour récupérer sur le dos de la population 100 milliards d’euros de 2011 à 2013, comment ne pas prendre au sérieux la menace qui sous-tend cette « cohérence » de l’UMP ? Comment la Verte candidate de La Possession s’est-elle fourvoyée jusqu’à féliciter l’UMP pour son soutien ? Les errances de l’année dernière aux Régionales n’ont-elles pas servi de leçon ? Ou alors est-ce un simple retour d’ascenseur ? Et, comment comprendre les menaces des Verts Saint-Paulois ? Plus cocasse à Saint-André, le candidat Vert démissionne et se met au service de Virapoullé.

La campagne est finie. Demain, les électeurs seront juges de la politique UMP.

J.B.


Kanalreunion.com