Edito

Démolisseurs et diviseurs, même combat ?

J.B. / 4 mai 2015

La semaine dernière, Témoignages a écrit qu’il fallait imposer aux démolisseurs la rigueur du rassemblement sur un projet. La même remarque vaut pour les diviseurs. Faisons encore appel à l’histoire.

Depuis que la Région existe, le PCR a participé à toutes les coalitions qui l’ont dirigée, sauf la dernière mandature. Entre 1983 et 2010, la Région a été présidée par Mario Hoarau, Pierre Lagourgue, Camille Sudre, Margie Sudre, Paul Vergès. Il est bon de noter que lorsque l’élection de Camille Sudre est attaquée, le PCR a été loyal en suivant la consigne unitaire. Margie Sudre est proposée pour la présidence. Elle est élue. C’est le respect du choix du partenaire. Mais très vite, elle se met au service de la division, en se présentant à l’élection de Député dans la circonscription du Port, Possession, Saint-Paul et Trois Bassins contre le PCR. Malgré cette situation inconfortable, les élus du PCR ont toujours su sauvegarder l’essentiel.

Sous l’actuelle mandature, chacun a pu mesurer combien l’apprentissage de la loyauté entre partenaires est un exercice souvent difficile à tenir. Malgré cela, l’opposition fait un travail remarquable. Les élus de l’Alliance défendent pied à pied les intérêts des Réunionnais. Plus largement, de Tak, en passant par Camille Sudre, l’opposition mène un travail résolu. D’emblée, les élus ont écarté la facilité et le populisme. Sur des dossiers importants comme la Nouvelle Route en Mer, le Tram Train, le budget et le transport, les positions sont tranchées.

Dans ces conditions, pourquoi l’équipe sortante serait-elle moins légitime pour conduire ou organiser le rassemblement tant souhaité ? D’où vient cette propension à utiliser les médias pour se déclarer candidat et menacer, ensuite, les autres de se mettre derrière ? Il y a un manque de réalisme évident. Pourquoi les médias devraient-ils se rendre complices d’actes désespérés de la part de candidat-tes surgissant du néant régional et voulant imposer leur posture, à la veille d’élections.

Ces personnes bavardent beaucoup mais ne parlent jamais de ce qu’elles souhaitent réaliser. Peut-on viser le consensus avec l’esprit de diviseur ?


Kanalreunion.com