Edito

Des écoles ouvertes pour la visite de Jean-Michel Blanquer à La Réunion

J.B. / 17 août 2017

JPEG - 13.7 ko

Après avoir pris en compte la proposition du préfet de 1.000 contrats aidés supplémentaires, l’Association des maires a décidé de reporter la rentrée scolaire le 22 août. Seul 5 maires ont choisi de ne pas suivre cette décision. À Saint-Denis, ce n’est guère étonnant. Son maire est un des principaux soutiens d’Emmanuel Macron à La Réunion comme l’a rappelé la dernière campagne électorale.

À Saint-Leu et au Port, la rentrée aura lieu aussi demain. À La Possession, ce sera également le cas à l’exception de la cantine qui sera fermée faute de personnels en nombre suffisant. À Sainte-Rose, les élèves des classes de maternelles ne seront pas accueillis. Dans 18 communes sur 24, la rentrée scolaire n’aura donc pas lieu pour des raisons de sécurité.

Cette rentrée scolaire est pourtant considérée comme un événement important pour le gouvernement. Il a en effet voulu appliquer dès maintenant la réduction à 12 élèves dans les classes de CP des zones d’éducation prioritaire, ainsi que le retour à la semaine de 4 jours. Si ce second point est reporté à La Réunion, le premier y reste toujours d’actualité. Et pour souligner l’importance de cette question pour le gouvernement, c’est le ministre de l’Education nationale qui est présent dans notre île pour cette rentrée. En effet, notre île expérimentera les classes de CP à 12 quelques semaines avant les autres régions de la République.

Mais tout ceci reste occulté par un fait sans précédent : la rentrée scolaire reportée par les maires au moment de l’arrivée d’un ministre de l’Éducation nationale. Fort heureusement pour le gouvernement, l’ouverture des écoles dans 6 communes, ainsi que des collèges et des lycées permettra au moins de sauver les apparences. Il sera donc possible d’organiser une séquence où le ministre croisera des élèves un jour de rentrée scolaire. Autrement dit, pour une personne extérieure, la baisse du nombre des emplois aidés sera occultée par une visite ministérielle réussie. La preuve, à la veille de la venue de Jean-Michel Blanquer, cinq maires ont décidé d’ouvrir les écoles malgré une diminution du nombre des emplois aidés qui font fonctionner les services municipaux. Quel sera donc le principal message à retenir ?

J.B.