Edito

Des lendemains difficiles pour les plus pauvres

Témoignages.re / 29 octobre 2016

JPEG - 85.9 ko
20 à 25.000 logements insalubres à La Réunion
Photo Toniox

En France, l’INSEE vient de publier le dernier chiffre de la croissance économique. Le PIB a progressé de 0,2 % au troisième trimestre. Cela donne pour l’année une fourchette comprise entre 1,2 et 1,3 %. Cette donnée reste en-deca des prévisions du gouvernement qui tablait sur 1,5 %. Or, c’est sur cette base que s’est construit le budget 2017. Cette prévision optimiste du gouvernement aura un impact, car moins de croissance cela signifie moins de recettes.

En accordant aux entreprises un plan d’aide de 40 milliards d’euros sous forme d’exonérations fiscales et de cotisations sociales, le gouvernement a privé la France de recettes importantes. Mais dans le même temps, les dépenses ne vont pas baisser, alors que ces dernières ont fait l’objet de coupes drastiques dans l’optique de respecter un objectif de déficit public inférieur à 3 % du PIB.

Cela signifie que pour équilibrer son budget, le gouvernement devra aller encore plus loin dans les restrictions. Cela tombe à quelques mois de la campagne de la présidentielle, au moment où justement le gouvernement cherche à racler les fonds de tiroir pour financer des mesures populaires.

Dans le fond, le chiffre de la croissance révèle l’échec d’une politique économique. En choisissant une orientation social-libérale, Paris comptait sur les entreprises pour relancer l’activité et donc faire repartir la croissance. Force est de constater que ce n’est pas le cas. Les lendemains seront donc difficiles pour les personnes qui ont fortement besoin de services publics et de solidarité nationale. En effet, les prévisions du budget 2017 sont déjà faussées. Et le bilan de ce gouvernement montre que la santé des entreprises est passée avant la situation des plus démunis. En témoignent les cadeaux fiscaux et sociaux consentis sans compensation en termes de création d’emploi.

Pour La Réunion, cette situation aura un impact. Il ne faut donc pas s’attendre à une remise en cause de la politique d’austérité. Et dans un pays où près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, ce programme de rigueur budgétaire n’apporte aucun espoir dans l’amélioration de la situation.


Kanalreunion.com