Edito

Des routes solaires en France et pas à La Réunion

J.B. / 8 février 2016

La route des Tamarins est inaugurée en 2009. Mais la mise en service ne devait pas marquer la fin des travaux. Plusieurs projets étaient dans les cartons : le prolongement par une route de moyenne altitude allant de Stella aux Lianes en passant par La Rivière, le pont de l’Entre-Deux, le futur pont du Bras de Cilaos, la ligne des 400 du Tampon ; le reboisement de l’Ouest de l’île ; la couverture de la route des Tamarins par des panneaux photovoltaïques pour obtenir l’énergie nécessaire au fonctionnement des voitures électriques. Plusieurs projets étaient lancés. Quand François Fillon, Premier ministre, vient inaugurer la route des Tamarins, il fait également de même pour la première centrale photovoltaïque. Des centaines de milliers d’arbres ont été plantés le long de la route, notamment par des jeunes des écoles. Tout a été stoppés. Au cours des 5 dernières années, les plantations ont souffert d’un manque d’entretien. Qu’est devenue la pépinière créée par la Région ? Quant aux panneaux solaires, pas un n’a été posé depuis sur la route des Tamarins.

Cette idée lancée par Paul Vergès vient d’être reprise par le gouvernement pour être appliquée en France. Le ministère de l’Écologie fixe comme objectif la réalisation de 1.000 kilomètres de routes solaires. La chaussée sera recouverte par des panneaux qui assureront un circuit court d’alimentation en électricité produite par une énergie renouvelable. Un kilomètre de cette route pourra faire fonctionner l’éclairage public d’une ville de 5.000 habitants, expliquent les concepteurs.

En France, le soleil brille moins fort qu’à La Réunion. On imagine aisément la quantité d’énergie gratuite qu’il est possible de tirer de ce type d’installation.

Ce qui est aujourd’hui un projet en France aurait pu être déjà du concret à La Réunion. C’est une question de volonté politique. La couverture des 36 kilomètres de la route des Tamarins aurait permis de construire une des plus importantes centrales photovoltaïques du monde. Le bénéfice était direct pour les Réunionnais, en termes de créations d’emploi et de réduction de la facture payée pour acheter ailleurs et faire venir le carburant fossile et polluant destiné aux automobiles.

Cet atout a été gaspillé par ceux qui ont donné le pouvoir à Didier Robert en 2010. 5 ans plus tard, ils se présentent aux régionales et annoncent qu’ils sont pour la NRL voulue par le président de Région, ils veulent donc tous continuer à encourager l’importation de pétrole.

La dernière annonce du ministère de l’Écologie est donc une nouvelle illustration du gâchis subi par les Réunionnais.

J.B.


Kanalreunion.com