Edito

Des vœux à la réalité : l’action

LB / 2 janvier 2010

C’est une source de plaisir, voire de bonheur, d’envoyer et de recevoir des vœux de bonne année à l’intention ou de la part de proches, d’ami(e)s et de personnalités. Des messages que l’on envoie ou que l’on reçoit par courrier postal, par mèl, par téléphone portable ou par les médias.
Évidemment, dans ces vœux de Nouvel an, il y a un côté traditionnel et un peu formel, mais il n’y a aucune raison de douter a priori de la sincérité de ces souhaits, même si ensuite chacun est juge de leur loyauté. En fait, le plus important à ce sujet est la question de savoir comment on peut passer des vœux à la réalité, ou comment on peut transformer des souhaits (surtout les meilleurs, bien sûr !) en réalités concrètes plutôt que d’en faire de simples vœux pieux inutiles ou de vaines proclamations d’intentions.

La réponse à cette question est simple et vous la connaissez : c’est l’action. Si l’on veut réellement que le monde soit meilleur en 2010 qu’en 2009 (surtout pour les plus pauvres), il n’y a pas d’autre solution que d’agir pour le transformer car il ne sert à rien d’attendre que cela se fasse tout seul ou par une opération surnaturelle.
Par exemple, si l’on veut être concret, comment espérer que s’accomplisse réellement le vœu émis par le président de la République à l’intention des peuples d’Outre-mer de « tenir les promesses d’égalité et de dignité qui n’ont pas été assez tenues dans le passé »… ? L’expérience de chaque Réunionnais(e) et toute l’Histoire de La Réunion nous montrent que seul le combat pour faire respecter nos droits et notre dignité est la réponse à cette question.

Dans son éditorial de jeudi dernier, consacré au bilan de l’année 2009 et aux perspectives pour 2010, "Témoignages" a souligné que le plus important de ce qui s’est passé à La Réunion durant ces 365 jours est le fait suivant : l’union des Réunionnais autour de solutions et de projets concrets pour résoudre à la fois les problèmes graves et urgents du pays comme ceux à venir a fortement progressé. Et nous en avons donné de nombreuses preuves.
Les appels lancés le même jour dans "Témoignages" par des associations très diverses pour mettre en œuvre des solutions alternatives durables à l’urgence sociale confirment cette analyse. C’est donc notre responsabilité personnelle et collective de faire en sorte que cette union continue de se renforcer et de s’élargir dans le combat contre la pauvreté.

L. B.


Kanalreunion.com