Edito

Deux évènements qui soulignent la pertinence des analyses du PCR

J.B. / 30 août 2013

Lundi, l’INSEE a publié des statistiques sur la pauvreté. Le constat est implacable : La Réunion est un « département hors normes ». Tous les indicateurs ne sont pas bons. Aucun département en France ne tient la comparaison. La norme en question a été acquise avec la loi du 19 mars 1946, dite loi de l’Égalité. Soixante-sept ans après, les inégalités sociales se sont creusées, et le fossé interdit toute solution dans le cadre actuel.

Mardi, le lendemain soir, André Oraison, professeur de droit, intervenait à Saint-Pierre devant un parterre de citoyens très attentifs. Son thème de prédilection : la création d’une Collectivité unique en remplacement des 2 assemblées. Il a insisté sur « l’efficience » de la nouvelle structure. Bien entendu, il fit référence avec les indicateurs sociaux présentés la veille par l’INSEE. Il a conclu à la nécessité d’une nouvelle gouvernance.

Ces 2 évènements vont dans le sens des réflexions et analyses du PCR sur l’avenir de La Réunion. Les auteurs des 2 exposés sont des experts du Droit ou de Sociologie. La question est de savoir comment, chacun étant dans sa sphère d’étude, sont-ils arrivés aux mêmes conclusions que le PCR ? Car, fait notoire, personne ne les a insultés et aucun journaliste n’a détourné leurs réflexions. Cette situation n’a plus rien à voir avec les complots dont ont été victimes le PCR et ses dirigeants, Paul Vergès en particulier.

L’INSEE démontre que 67 ans de politique d’intégration ont conduit à un département « hors norme ». Il n’y a plus personne pour réclamer la déportation de ces fonctionnaires qui font honte à la France ! Pour faire simple : la départementalisation a détruit la cohésion de la société réunionnaise. Personne pour dénoncer ces crypto-communistes ! Le régime est condamné par les faits. Plus aucun contradicteur. Les anti-communistes de droite et de gauche sont devenus aphones et tétanisés.

L’intervention d’André Oraison semble réagir en écho à cette situation ubuesque. Le Professeur expose à sa manière la porte de sortie : une solution institutionnelle ! Là, encore, le bucher n’est pas encore allumé pour en finir avec ce séparatiste du nouveau siècle. Pire, il n’y a plus personne pour aller chercher le moindre fagot ! Qui veut encore vanter un régime politique qui aligne 343.000 personnes sous le seuil de pauvreté ? Nous cherchons un spécimen d’intégrationniste de gauche ou de droite, avant la disparition totale de l’espèce, qui a tant sévi sur cette petite île et causé plus de 165.000 demandeurs d’emploi.

J.B.


Kanalreunion.com