Edito

Deux ministres pompiers pour éteindre le feu dans la majorité gouvernementale

J.B. / 21 juin 2014

Deux ministres viennent en visite à La Réunion. Ils séjournent 24 heures et puis repartent sans jamais aborder les vrais problèmes qui taraudent l’esprit des Réunionnais. Hélas, ce n’est pas nouveau et cela interroge. Que sont-ils venus faire réellement ? Ils ont fait des déclarations et ont pris l’avion le lendemain de leur arrivée. Ils ne sont pas venus « écouter ».

Les planteurs se sont invités à la Préfecture. Leur cortège a occupé tout le boulevard du Barachois si bien que le trafic a été interrompu à cet endroit. Les jeunes étaient rassemblés devant les grilles de la Préfecture et ont exposé leur volonté de vivre et travailler au pays. Ils ont dénoncé le refus du pouvoir de les entendre. L’intersyndicale des travailleurs a aussi demandé à être reçue.

Et si, au fond, ils n’étaient venus que pour rassurer les socialistes, pour dire que le gouvernement travaille, qu’il faut être solidaire et ne pas suivre les élus frondistes ? Les menaces de ces derniers freinent l’action du gouvernement qui doit constamment négocier, réduisant considérablement les marges de manœuvre de la direction du PS. C’est Cambadélis qui dit qu’il arrive trop tard, sous entendu à la tête du PS. En fait, la vraie direction, celle qui permet le débat, c’est le groupe des 100 qui ne cesse de grandir.

L’hypothèse de ministres pompiers en mission commandée se reflète dans leurs déclarations : ils citent nommément chaque Député socialiste. Ils leur distribuent des bons points. La visite au Port est un lot de consolation pour députée de la majorité présidentielle en mal de reconnaissance. L’oubli infligé au député de Saint Leu, le 7e membre de la majorité présidentielle, pourrait signifier le désintérêt avec « le Centre ».

Dans ce climat d’instabilité, il était aussi important de déminer à Mayotte, avant le sommet de la COI. En effet, la venue de Hollande à Moroni, dans un mois, sans passer par Mayotte, aurait soulevé le mécontentement des Députés Mahorais. Le fait que Hollande viendra « dormir » chez nous, dans le Sud, est un élément de contradiction supplémentaire. Tout cela vaut bien un déplacement de ministres-pompiers.

J.B.


Kanalreunion.com