Edito

Devant 2 rendez-vous décisifs, Paul Vergès appelle à s’unir sur l’essentiel, avec esprit de responsabilité

J.B. / 31 juillet 2013

Paul Vergès appelle à s’unir sur l’essentiel et expose la méthode ainsi que le calendrier. La balle est désormais dans le camp de chaque acteur. Personne n’échappera à ses responsabilités. D’après lui le contenu devra prendre en compte comme base minimum l’union sur « la grande pauvreté ».

Le gouvernement a annoncé la venue prochaine de François Chérèque dans le but de recueillir les propositions des Réunionnais au sujet de la grande pauvreté. Voilà une belle occasion de formuler des propositions d’urgence. Pour être sûr d’être entendu, il faut leur donner une forte légitimité. Pour cela, la meilleure méthode consiste à les présenter dans une plate-forme commune co-signée par toutes les forces vives de la société. Il y aura, bien entendu, la prise en compte du RSTA et du bonus COSPAR ainsi que la situation scandaleuse des bénéficiaires de minimas sociaux.
L’envoyé spécial du gouvernement pourra constater que depuis un demi siècle, la moitié de notre population vit sous le seuil de pauvreté tandis qu’une autre partie perçoit une rémunération supplémentaire, versée par l’Etat, pour lui permettre de s’acheter la vie chère.

Il n’y a plus de temps à perdre. Il faut que chaque acteur de la société fasse connaître publiquement ses propositions. On ne part pas de zéro puisque plusieurs documents ont déjà été publiés. Pour Paul Vergès, il faut respecter l’identité de chacun mais recueillir les idées qui font consensus. Ainsi, le fait de ne pas imposer à l’autre ses choix est un gage de succès et de haut niveau de responsabilité. Personne ne pourra pas dire qu’elle n’a pas été entendue, tout le monde sera satisfait de s’y retrouver.

La volonté exprimée par plusieurs acteurs de tenir « une table ronde » pourra trouver sa pleine signification dans ce contexte d’urgence de l’arrivée du gouvernement, ancien secrétaire général de la CFDT. Mais, surtout, cette visite sera suivie de celle du Président de la République, François Hollande, quelques semaines plus tard. Jamais, la responsabilité des politiques et de la société civile ne sera autant mise à contribution. Sans plus attendre, que chacun accorde la priorité de ses réflexions et actions à ces 2 rendez-vous décisifs.

J.B.


Kanalreunion.com