Edito

Développement durable : « nous ne pouvons pas échouer »

J.B. / 23 avril 2016

À la veille de la signature de l’Accord de Paris, l’ONU accueillait une importante réunion sur les Objectifs du développement durable.

Des hauts responsables de l’ONU ont appelé le monde entier à se mobiliser pour garantir l’avenir des générations futures. Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 a été adopté en septembre 2015 par les Etats membres des Nations Unies. Il comporte 17 Objectifs de développement durable (ODD), conçus pour parachever en 15 ans les efforts entamés dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

« Agir maintenant peut créer des voies pour sortir de nos crises actuelles et commencer la transformation dont le monde a désespérément besoin, une transformation qui est bénéfique pour les gens et la planète, qui crée des opportunités pour les citoyens et les entreprises et qui fait avancer la paix et la prospérité », a dit le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Mogens Lykketoft, dans un discours à l’ouverture du débat.

« Mais si nous échouons, les conséquences se feront sentir pendant des générations, des siècles », a-t-il ajouté.

« C’est la première année d’un voyage qui va durer 15 ans. Nous nous sommes engagés dans une entreprise ambitieuse et de grande envergure, suscitant l’espoir chez des millions de gens dans le monde. Cette une mission est sérieuse et noble et nous devons la mener pour les populations d’aujourd’hui et les générations futures. Cela nous conduira à un avenir meilleur pour tous », a dit le Vice-Secrétaire général de l’ONU, Jan Eliasson dans un discours à l’ouverture du débat.

« Nous sommes responsables envers les enfants et les petits-enfants partout dans le monde. Nous ne pouvons tout simplement pas échouer », a-t-il ajouté.

Le Vice-Secrétaire général a rappelé qu’aucun pays ne peut résoudre seul les problèmes. « Nous devons abattre les cloisons et travailler ensemble, à travers les frontières, les secteurs et les fonctions », a-t-il insisté.

Cet appel à la solidarité montre encore les limites de la mondialisation qui est imposée dans le monde, celle des capitaux et du profit maximum.


Kanalreunion.com