Edito

Devoir de solidarité avec les peuples de notre région

J.B. / 7 mars 2017

JPEG - 13.7 ko

Le 2 mars dernier, la FAO a rappelé l’état d’urgence dans lequel vivent de nombreuses personnes dans le monde.

« Près de 37 pays ont besoin d’une aide extérieure pour se nourrir, 28 d’entre eux se situent en Afrique australe et subissent toujours les effets prolongés de la sécheresse de l’année dernière provoquée par le phénomène climatique El Niño et notamment ses répercussions sur les récoltes en 2016. Pourtant, alors que la production agricole devrait connaître un rebond dans cette sous-région, les combats et les troubles prolongés contribuent aux déplacements de population et entraînent des souffrances liées à la faim dans d’autres régions du monde. »

Dans notre région, le Soudan du Sud est particulièrement touché, avec 5,5 millions de personnes qui sont menacées par la famine. Ce pays se situe à quelques heures de La Réunion. Un peu plus loin, les deux tiers de la population du Yemen est considérée par la FAO en situation d’insécurité alimentaire. Cela représente 17 millions de personnes.

Dans notre région, 2017 devrait voir une amélioration des récoltes après plusieurs années désastreuses. Ce rebond ne garantit pas un rétablissement durable de la situation. En effet, la conjonction de la croissance démographique, du changement climatique et des conflits rend difficile l’accès de tous à l’alimentation. Aussi il n’est guère étonnant que pour échapper à cette crise, nombreux sont ceux qui décident de prendre le chemin de l’exil et grossissent le flot des réfugiés.

De par sa géographie, La Réunion se situe donc dans une région durement éprouvée par les effets du changement climatique. Cela implique de sa part un devoir de solidarité. Le PCR a alerté l’opinion sur les conséquences de la sécheresse à Madagascar. Maurice Gironcel avait interpellé le Conseil départemental, Gélita Hoarau avait amplifié cette initiative à son niveau. Mais la prise de conscience générale de tous les responsables politiques se fait encore attendre. Ils ne doivent pas ignorer que l’histoire sera juge de ces comportements. Elle déterminera le regard que porteront les peuples de notre région sur La Réunion. Au moment de la crise, quelle était l’attitude de notre pays ?


Kanalreunion.com