Edito

Devoir de vacances pour tous : l’avenir de la filière canne-sucre

J.B. / 11 juillet 2014

L’histoire de La Réunion est liée à celle de la canne à sucre. A la veille de la signature d’une nouvelle convention canne, liant les planteurs, l’usinier et l’Etat, les données sont les suivantes.
Lors de la visite du commissaire Dacian Ciolos, Témoignages lui a demandé quel sera l’avenir de la filière après la fin du prix garanti et du quota en 2017. Sa réponse était claire : cela dépendra de la stratégie de l’industriel.

« La Délégation aux outre-mer », présidée par Jean Claude Fruteau, Député, a eu l’occasion d’entendre plusieurs personnes dont l’industriel. Les travaux de la Délégation sont contenus dans le « Rapport d’information » numéro 1926, intitulé : « la réforme du marché européen du sucre : pour que les solutions d’aujourd’hui ne deviennent pas les problèmes de demain... ». Dans ce document, l’industriel pose clairement ses conditions et il les détaille.

Que fera le chef de l’Etat ? Va-t-il suivre les recommandations du rapport qui préconisent de la part de l’Etat de subventionner la production à hauteur de 128 millions d’euros ? Va-t-il prolonger le délai jusqu’en 2017 ? Et, après ? On n’aura ainsi évité l’effondrement mais le problème restera entier. Que fera-t-on quand l’autorisation d’accorder un soutien à la production de sucre expirera, car contraire aux règles de l’Organisation Mondiale du Commerce ? Autant de questions qui doivent être traitées avec esprit de responsabilité pour éviter l’inévitable.

L’avenir de la filière canne-sucre doit mobiliser toutes les bonnes volontés pour sortir de la crise durablement et stabiliser la situation de tous les acteurs. Voilà un sujet passionnant pour les élus et futurs candidats en vacances.

J.B.


Kanalreunion.com