Edito

Devrions-nous qualifier certaines décisions de crime contre l’écologie ?

J.B. / 14 septembre 2015

Le Japon est connu pour être un pays performant en matière de lutte contre les phénomènes naturels, tels que les séismes. Cependant, la semaine dernière, une partie du pays a dû affronter les conséquences de pluies diluviennes. Résultat : 100 000 personnes ont été évacuées, peu de pertes humaines, mais d’importants dégâts matériels. Dans les reportages télés, les images montraient en continu l’eau en furie d’un fleuve, qui a rompu une digue, emportant tout sur son passage improvisé ainsi que des hélicoptères tentant d’hélitreuiller des rescapés.

Ces inondations ne sont pas les plus spectaculaires recensées dans le monde. Nous commémorons celles de la Louisiane lors du passage de Katerina, il y a exactement 10 ans. Si, on en parle encore, ici, c’est pour continuer à faire prendre conscience aux Réunionnais combien il est urgent de ne pas sous-estimer ce phénomène. La météo du Japon avait lancé des alertes spécifiques sur les risques imminents, en ces termes : “ces intempéries sont d’une ampleur que nous n’avons jamais connue et elles présentent un danger immédiat”.

C’est bien le caractère imprévisible des risques et leur ampleur qui amènent constamment Paul Vergès à alerter tous les décideurs dont la responsabilité est encore plus grande lorsque des études existent ou bien la mémoire collective est encore bien vivante. Récemment, le JIR a consacré 2 articles aux rapports du BRGM qui montrent des zones à risques élevés. Au croisement de toutes ces informations, Saint Paul et Saint Leu sont particulièrement visées.

Les erreurs commises ne suffisent pas, les autorités de ces villes continuent à bâtir le long du littoral. Saint Paul veut même construire une ville de 40 000 habitants à l’emplacement de l’Antenne Oméga, l’Ecocité. A cet endroit, la mer est à un mètre du niveau de la route qui, elle-même, est déjà surélevée. Comment l’Etat laisse-t-il faire alors que la Conférence de Paris, en décembre, va mettre l’accent sur les conséquences du réchauffement climatique et sur la montée des océans ? Elles sont inévitables. Tout le monde est averti.

Devant l’entêtement de certains élus, des voix se lèvent pour demander de qualifier certaines décisions politiques de crime. Qu’en pensent nos lecteurs ? Le débat est ouvert.


Kanalreunion.com