Edito

Didier Robert a eu peur d’une candidature UMP

Témoignages.re / 18 avril 2015

Mercredi nous écrivions ceci : « En effet, la position de Didier Robert est très fragilisée par le fait qu’il a déjà “payé”. Les maires et les conseillers départementaux sont déjà en place pour 6 ans. Ils n’hésiteront pas à surenchérir. Bonjour, l’ambiance unitaire ». Il n’a suffit que de 24h pour en avoir confirmation.

En effet, les médias annoncent qu’il est parti à Paris afin d’obtenir l’investiture de l’UMP pour les Régionales. Sitôt obtenue, il n’a pas attendu une minute de plus pour balancer l’information. Comment interpréter cette fébrilité, sinon par l’ambiance de doute qui régnait ?

1-il est président de la Région. De nombreux observateurs déclarent qu’il est le grand vainqueur de la plate forme d’union UMP-Objectif Réunion-UDI qui a remporté les élections Départementales. Si tel était vraiment le cas, il n’avait pas à se précipiter pour se jeter dans les bras de l’UMP et réduire de facto l’élargissement symbolisé par “l’union”.

2-en réalité, le grand vainqueur c’est Michel Fontaine, le président de l’UMP. Si, Didier Robert n’avait pas accepté les conditions de l’UMP, il y aurait eu de toute façon un candidat estampillé UMP. Il savait qu’il n’aurait pas fait le poids car, dans la culture politique de droite, ce sont les mairies qui conditionnent l’élection. Aux Municipales, Objectif Réunion, le parti de Didier Robert n’a eu aucune commune. Ce cas de figure portait en germe son éviction de la présidence. L’annonce tonitruante de cette investiture vient donc de l’UMP, trop content de solder un vieux compte. Les autres partenaires auront-ils connaissance du compromis que Didier Robert a signé ?

Désormais, ayant fait acte d’allégeance à l’UMP, avec une étonnante rapidité, il a sacrifié son avenir sur l’autel de l’immédiat. Il s’est encore plus fragilisé. Tel est le sens premier de cet hyper-empressement.

Voilà la preuve que Didier Robert brassait du vent quand il proclamait que son projet politique reposait sur “l’émancipation” de la tutelle d’un parti parisien. Personne n’a oublié l’épisode où il disait pis que pendre sur l’UMP. Et, joignant le geste à la parole, le trémolo dans la gorge, devant les caméras, on déchirait la carte d’adhésion à l’UMP.

Objectif Réunion est née dans ces conditions avec pour “objectif” de devenir le premier parti de La Réunion. A entendre son géniteur, l’UMP n’avait plus que quelques jours à vivre. Ainsi, le grand stratège vient de subir un échec politique de taille et une défaite idéologique. Cette manœuvre hégémonique de l’UMP suffira-t-elle pour le sauver de la défaite électorale ? Pour le moment, il semble être libéré de la peur dans son propre camps. Tel est le sens second de l’annonce précipitée de sa candidature. Pour autant, est-il plus serein !


Kanalreunion.com