Edito

Didier Robert compte sur les socialistes pour se renforcer à droite

J.B. / 6 octobre 2014

Le budget de la France pour 2015 risque d’être retoqué par l’Union Européenne. Malgré les efforts déjà demandés au peuple français, les résultats ne sont pas au rendez-vous. L’endettement vient de passer la barre de 2000 milliards d’euros. Pour des gens qui tirent le diable par la queue quotidiennement, que vaut cette réalité ?

Il faut savoir tout d’abord que l’Europe est en cessation de paiement, et nous ne sommes qu’en octobre. Est-ce que les députés vont accorder une rallonge supplémentaire, quitte à pomper sur les dépenses de l’année prochaine ? La situation est assez paradoxale car c’est dans ces conditions que les autorités s’instaurent juges de la santé budgétaire de la France. En résumé, en regardant du côté de l’Europe, ceux qui ont des difficultés ne peuvent pas espérer grand-chose. Les sanctions infligées à la Russie ne vont pas arranger la situation. Obama admire le résultat : son but est d’affaiblir l’Europe, en poussant les Européens à se battre entre eux et à signer d’urgence le traité commercial transatlantique.

Retour à Paris, où là aussi il n’y a rien à attendre. Ils sont tous entrés en campagne présidentielle pour 2017, occultant ainsi le débat sur les réalités économiques et sociales. Et pour paraphraser Obélix, on peut dire : « Ils sont devenus tous fous ces Gaulois ». Le gouvernement a prévu de réaliser 50 milliards d’économies sur 3 ans. Actuellement, on débat sur 21 milliards. Ça va saigner, et eux, ils rêvent à 2017. Rien dans l’immédiat.

A La Réunion, c’est pire. Didier Robert est en train d’inféoder des élus pour lui faire acte d’allégeance. Muni de ce certificat de bonne conduite extorquée, il veut convaincre Nassimah Dindar que sa survie à la tête du Conseil général passe par lui. Il tente de faire oublier qu’il a été son pourfendeur en 2011. Quel prétentieux ! Or, sa survie politique est menacée. Celle-ci ne dépend pas d’un semblant rassemblement à droite mais, essentiellement de la gauche, des socialistes, en particulier.

En effet, ce sont les socialistes qui ont mis Didier Robert à la Région. Ce sont des ministres socialistes qui soutiennent la construction d’une route en mer en dépit de tout bon sens. Les sommes englouties contredisent les débats budgétaires sur le contrôle de l’endettement. En clair, le roi Didier Robert est tout nu si le gouvernement socialiste le veut. Dans ces conditions, il est vraiment prématuré et vantard de se croire au-dessus des réalités. Sauf s’il a eu des assurances. Les socialistes vont-ils trahir une nouvelle fois ?

Pendant ce temps, il n’apporte aucune réponse concrète aux problèmes que nous avons soulevés depuis plusieurs semaines, et dont certains relèvent de sa compétence.


Kanalreunion.com