Edito

Didier Robert et Sarkozy : mêmes méthodes

Témoignages.re / 30 avril 2012

En France, face à une défaite inéluctable, Sarkozy voit des ennemis partout. Ainsi, Fillon est envoyé en première ligne pour attaquer notre confrère Mediapart qui ne serait, selon lui en substance, qu’un officine de propagande au service de la gauche…

À La Réunion, Didier Robert est aussi confronté à la déroute du candidat qu’il soutient. Il a déjà pris le choc du premier tour, où Didier Robert a pu estimé son influence à La Réunion : moins de 18%, soit une chute de 7 points par rapport aux régionales. Alors là aussi c’est la panique, et une inspectrice de l’inspection générale des Finances est accusée de partialité et de manque de sérieux par Didier Robert, selon un communiqué de la Région Réunion.
Comme Sarkozy, Didier Robert n’aime pas être mis face aux effets de sa démagogie.

Voici ce que dit Anne Bolliet, inspectrice générale de Finances. Selon le "JIR" de vendredi, elle rappelle que le gel des prix « ne peut être en aucun cas une solution pérenne car en réalité, ce sont les contribuables qui se sont substitués aux consommateurs. Ce n’est pas tenable à terme ». Quand à l’autre idée de l’ex-maire du Tampon, la construction d’un nouveau centre de stockage, elle estime que « cela représente un investissement très important qui serait inévitablement répercuté dans le prix à la pompe pendant des années » qui, au final, une fois remboursé ne permettrait qu’une économie qualifiée de « minime ». Dire cela, cela signifie pour le représentant de Sarkozy à La Réunion que « les propos exprimés sur un sujet aussi sensible et complexe nous paraissent inopportuns et méritant une approche plus sérieuse, plus concertée et plus impartiale ». Et il l’accuse d’« épargner d’autres acteurs plus puissants » que les distributeurs.

Le rapport Bolliet est confidentiel, et ne peut être révélé que par un des cinq ministères qui l’a commandé. Alors pour se donner une idée de ses conclusions, la seule fuite a été la publication dans "le Monde" du 9 février 2009 d’éléments attribués à un "pré-rapport". Selon ces fuites, l’État et les compagnies pétrolières étaient montrées du doigt. L’État pour son incapacité à justifier les bases du calcul des prix, les pétroliers pour l’opacité de leurs pratiques. Autrement dit, si ces informations parues dans "le Monde" correspondent au contenu du rapport confidentiel, alors Anne Bolliet et les membres de la mission inter-ministérielle d’inspection ont été loin d’épargner des acteurs plus puissants que les distributeurs.

Force donc est de constater que les propos tenus par Anne Bolliet sont ceux d’une experte qui a travaillé pendant des mois sur le dossier complexe des carburants dans les Outre-mer, aux Antilles, en Guyane, en Guadeloupe et à La Réunion.
Mis face à ses insuffisances, Didier Robert préfère donc remettre en cause la crédibilité de l’expert. Il ne fait rien d’autre que du Sarkozy, et dans six jours, Sarkozy sera battu.

J.B.


Kanalreunion.com