Edito

Didier Robert et Sarkozy : plus personne n’en veut

Témoignages.re / 24 avril 2012

Dimanche dernier, François Hollande est arrivé largement en tête partout à La Réunion. En examinant le scrutin commune par commune, il s’avère que dans les communes dirigées par l’UMP, Sarkozy s’est effondré. Au Tampon, la ville de Didier Robert, Sarkozy est en dessous de 20% alors que François Hollande frôle la majorité absolue. À Salazie, ville dirigée par le candidat UMP de la 5e circonscription, François Hollande fait un score record de 62,38%, tandis que Sarkozy dépasse à peine les 16%. À Saint-Pierre, là où Sarkozy est venu faire son meeting, François Hollande frôle la majorité absolue.

Sarkozy n’arrive pas à dépasser 18% à La Réunion, c’est le pire score d’un président de la République depuis que les Réunionnais participent à son élection. Ce score est aussi une sanction pour Didier Robert. Il était au premier rang lors des vœux de Sakozy en Guyane et il est revenu à La Réunion avec la mission très claire de mener la campagne de Sarkozy qui devait faire dans notre île son seul meeting outre-mer.

C’est dans ce contexte que le 27 janvier, le président de la Région a ouvert la boite de Pandore en annonçant sa volonté de financer la baisse des prix du gaz par l’argent prélevé dans les caisses de la Région. Cette déclaration allait enflammer La Réunion, entrainant un mouvement social avec barrages de route qui déboucha sur des émeutes dans la moitié des villes du pays.
Au final, ce sont des fonds prévus pour les investissements dans les communes qui ont été versés aux compagnies pétrolières pour acheter une baisse des prix jusqu’au 30 juin, juste le temps de tenir les élections. La facture s’élève déjà à 27 millions d’euros, payée par les fonds obtenus par son prédécesseur Paul Vergès pour créer des emplois.

Manifestement, la population n’a pas été dupe d’un tel clientélisme. Elle a infligé à Sarkozy et à Didier Robert une défaite sans appel dès le premier tour. L’UMP réalise 65.377 voix, c’est seulement 3.000 de plus qu’au premier tour des régionales en 2010 alors qu’il y a 130.000 votants supplémentaires. Cette hausse infime est à comparer à tous les cadeaux aux compagnies pétrolières, à tout l’argent dépensé pour offrir des ordinateurs et des réductions sur des billets d’avion, aux sommes englouties dans les campagnes publicitaires… Didier Robert n’a pas lésiné sur les actions pour faire avancer la cause de Sarkozy à La Réunion, il est battu et il n’échappera pas à ses responsabilités. Sarkozy et Didier Robert : qui en veut encore à La Réunion ?

J.B.


Kanalreunion.com