Edito

Didier Robert utilise ses amis comme marche-pieds pour assouvir ses ambitions personnelles

Témoignages.re / 15 juillet 2013

Hier, au Tampon, Didier Robert a annoncé la transformation d’Objectif Réunion en parti politique. Il s’est auto-proclamé premier parti politique de La Réunion, en déclarant 5.883 adhérents. L’homme est coutumier de coups d’éclat : il vient de faire une OPA sur l’UMP et UDI, les 2 autres partis politiques qui se proclament de droite et qui ont leur propre stratégie de conquête de pouvoirs. Désormais seul à la barre, il demande à tous les responsables de la droite de se plier à son diktat. Sinon, il les a menacés de son courroux pour... trahison.

Peu connu du public, il y a 5 ans, cet homme a évolué “en misouk” dans le sillage de TAK. Il s’est révélé quand ce dernier a eu des démêlés avec la justice et lui a donné le poste de maire. Sitôt dans le fauteuil, il trahit ses paroles et utilise la mairie pour combattre TAK et ses fidèles.

Cela ne lui suffisait pas pour asseoir ses ambitions démesurées. Il utilise une partie de l’UMP et du Centre pour diviser l’UMP et tenter de l’éliminer. Pour cela, il crée Objectif Réunion et, sous l’œil des caméras, il pousse ses amis à déchirer la carte UMP ! Le parti présidentiel l’a échappé belle ! Contre toute attente, quelques mois plus tard, il intègre le bureau national de l’UMP qui lui confie également une mission parlementaire. Le parti présidentiel pensait l’avoir calmé quand il prend la tête de la liste régionale sous l’étiquette UMP.

Hélas, aux cantonales et législatives, il fera tout pour faire échouer les candidats de droite et affaiblir leurs partis correspondants. A l’occasion des prochaines municipales, il sait qu’il ne peut pas être tête de liste. Qu’à cela ne tienne, il ne veut laisser à personne le soin de triompher en 2014 ; ce qui l’aurait contraint à jouer un rôle second. Alors, il profite de l’affaiblissement de l’UMP, en France, pour phagocyter sa fédération locale. L’UDI subit le même sort, avec un Cyril Hamilcaro miné par des affaires judiciaires.

En transformant Objectif Réunion en parti politique, il a clairement signifié aux autres organisations de droite et du centre, positionnées à droite, que, désormais, c’est lui qui décide. Et lui seul. D’ailleurs, avec cynisme, il n’a pas manqué de les remercier pour tout le service qu’elles lui ont rendu tout en s’auto-proclamant chef du « plus grand parti politique de La Réunion » avec 5.883 adhérents ! Si le message n’est pas assez clair, il a menacé tous ceux qui s’écarteraient de ses ambitions. Ils seront dénoncés et combattus... pour trahison contre l’union !

Voilà un homme qui ne sera en tête d’aucune liste municipale, mais qui se permet de traiter ses amis en infériorité, en leur imposant des têtes de liste selon ses intérêts. Cela ne le gêne pas de les utiliser comme marche-pieds.

Que feront les intéressés : accepteront-ils d’être remplacés ?

J.B.


Kanalreunion.com