Edito

Dieselgate : la course au profit a fait 38.000 morts en 2015

J.B. / 17 mai 2017

JPEG - 13.7 ko

D’après une étude publiée par la revue Nature lundi, les émissions d’oxyde d’azote des moteurs diesel ont été responsables en 2015 de la mort de plus de 100.000 personnes dans le monde. 38.000 décès sont attribués aux « émissions générées en excès » par rapport aux tests réalisés en laboratoire. Autrement dit, des constructeurs commercialisent des véhicules qui polluent plus dans la réalité que selon les données qu’ils fournissent aux autorités.

C’est du côté de Volkswagen qu’a commencé ce scandale. Des moteurs de véhicules de cette société étaient en effet programmés pour avoir un comportement différent lors du passage de tests anti-pollution. Les valeurs obtenues minoraient la pollution, et donc les dangers pour la santé. Quant aux camions, des dispositifs permettent également de contourner les normes anti-pollution.

Cette triche a grande échelle n’a qu’une seule raison : la course au profit. Elle évite à des constructeurs peu scrupuleux d’investir des sommes considérables dans la mise au point de moteurs moins dangereux pour l’environnement. Les conséquences sont tragiques, elles se comptent en dizaines de milliers de morts par an.

Dans ces conditions, il est difficile de croire que La Réunion n’est pas concernée. Les voitures diesel sont en effet les véhicules les plus vendus. Les Réunionnais subissent donc sans doute sans le savoir les effets de la pollution à l’oxyde d’azote.

C’est un nouvel argument pour relancer la marche vers l’autonomie énergétique. Dans le projet lancé par Paul Vergès lorsqu’il était président de la Région Réunion, les énergies renouvelables avaient une part importante. Cela se conjuguait avec une nouvelle politique des transports. Le tram-train électrique visait en effet à proposer une alternative écologique, tandis que la route des Tamarins devait être couverte par des panneaux photovoltaïques qui assuraient la production de l’énergie nécessaire aux voitures électriques. Il s’agit donc de remettre en cause une politique qui fait la part belle au tout-automobile et aux carburants fossiles importés.

J.B.


Kanalreunion.com