Edito

Dimanche 18 janvier : qui dira « je suis Comorien » ?

J.B. / 17 janvier 2015

Ce dimanche 18 janvier a lieu un bien triste anniversaire. Cela fera 20 ans que le gouvernement français impose un visa pour que les habitants d’Anjouan, de la Grande Comore et de Mohéli puisse entrer légalement à Mayotte.
Avant cette date, les habitants des 4 îles de l’archipel pouvaient en effet voyager comme ils l’avaient toujours fait. La séparation de Mayotte organisée par la France n’avait pas réussi à briser le lien. Mais depuis le 18 janvier 1995, tout a changé. Désormais, pour se rendre à Mayotte, les habitants des trois autres îles de l’archipel des Comores doivent demander l’autorisation aux autorités françaises. Ces dernières décident de délivrer ou pas un visa.

Voici les documents demandés :
– remplir un formulaire
– une photo d’identité récente
– un passeport en cours de validité et la photocopie du passeport
– justificatifs de la situation familiale
– justificatifs de la situation professionnelle (attestation d’emploi, patente)
– justificatifs de ressources (attestation de ressources légalisée, 3 derniers bulletins de salaire, titre de pension, de retraite ou de reversion)
– réservation aller-retour du billet d’avion
– justificatif d’assurance voyage d’une couverture minimale de 30.000 euros
Quant à la personne qui accueille un parent ou un ami, elle doit fournir ceci :
– attestation d’accueil à jour
– attestation de prise en charge financière du demandeur
– justificatifs de la situation familiale
– justificatifs de ressources
– justificatif de domicile
Pour une durée de séjour supérieure à 3 mois, il faut en plus fournir un relevé de compte en banque démontrant que le voyageur dispose d’une réserve suffisante pour vivre à Mayotte quelques mois, tandis que les frais de dossier passent de 9 euros pour un séjour de moins de 90 jours à 99 euros pour une durée supérieure.

Du jour au lendemain, c’est une barrière bureaucratique qui a brisé la libre circulation dans l’archipel des Comores. Car il est en effet nécessaire d’avoir suffisamment d’argent pour se payer un passeport, suffisamment de temps pour obtenir tous les documents demandés, sans oublier que l’administration française peut refuser le visa même si toutes les pièces fournies sont là. Et si un habitant d’Anjouan veut aller à l’hôpital de Mayotte, les conditions sont encore plus draconiennes : il doit notamment justifier du paiement d’avance des actes médicaux.

Face à cet obstacle à la libre-circulation, comment alors s’étonner que des milliers de personnes mettent alors leur vie en jeu pour tenter d’entrer clandestinement à Mayotte ?
Pour cela, la seule voie possible est une traversée de nuit sur une petite embarcation. Depuis 20 ans, plusieurs milliers de personnes sont mortes noyées selon les organisations humanitaires.
Depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, plusieurs mots d’ordre ont émergé : je suis Charlie, je suis juif, je suis musulman…
Demain, qui dira : « je suis Comorien » ?



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Merci "Témoignages" pour cette question si vraie et si émouvante. vous l’avez posée très simplement dans toutes ses dimensions, et par ces quelques mots, vos lecteurs sont parfaitement informés sur cette tragédie vécue tous les jours par les Comoriens dans le silence et l’indifférence de tous....et même du gouvernement comorien !!!! vous avez donc mille fois raison de poser la question.
    Il faut dire que la réponse déborde les frontières, et les "kwassa kwassés" les kwassa cassés, sont au centre de la bêtise humaine, avec les Palestiniens de Gaza, les innombrables victimes des attentats idiots qui se commettent un peu partout dans le monde.
    Quand on dit "je suis juif, je suis musulman, je suis charlie, je suis Amed....n’est-il pas plus simple de dire "je suis un homme ?"
    Car votre question appelle cette autre qui les porte toutes : "qui dira je suis un homme ?"..... L’homme.... cet imbécile super intelligent qui comprend tout sauf lui-même, qui a tout appris de l’univers mais qui est incapable de tirer la moindre leçon de sa propre histoire ? Il sait depuis qu’il est sur terre que la violence n’engendre qu’elle même, et il continue à tuer pour dit-il résoudre ses problèmes.....Et ce faisant, il les complique, il s’en crée d’autres, oui ! qui lui dira qu’il n’est qu’un imbécile ?
    COMITE MAORE

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com