Edito

Eau : des usages à revoir à cause du changement climatique

J.B. / 8 août 2017

JPEG - 13.7 ko

Des mesures de restriction d’usage de l’eau sont décidées dans quasiment toute la France. Il est donc désormais interdit d’arroser les jardins par exemple. Cette annonce interpelle, car la France est un des pays les plus riches du monde, pas un pays en voie de développement. Pourtant, ses habitants sont soumis au régime sec.

Une des conséquences de cette situation, ce sont les restrictions imposées à l’irrigation en agriculture. Les paysans s’attendent à de nombreuses pertes. Cela concerne notamment les cultures qui demandent beaucoup d’eau comme le maïs. Des répercussions sont à attendre également dans l’élevage, où la production de fourrage sera impactée par la sécheresse. Il faudra donc trouver une solution pour compenser les pertes afin de nourrir les animaux. Cela se fera sentir sur le coût de production des exploitations.

Ce phénomène intervient au moment où le gouvernement a lancé les états-généraux de l’alimentation, et quand le président de la République reçoit les syndicats d’agriculteurs. Ces derniers font part de leur grande inquiétude en raison de l’évolution de la politique agricole menée à l’échelle de l’Europe. La suppression des quotas a eu des conséquences négatives, la crise touche l’élevage. Les planteurs de céréales sont également touchés. Aux effets de décisions politiques s’ajoutent désormais ceux du changement climatique.

Les restrictions d’eau sont la conséquence d’un manque de pluie au cours des trois derniers mois de l’année et au début de 2017. Les nappes phréatiques n’ont pas pu se recharger correctement. Si cette situation persiste, alors l’année 2018 verra logiquement se décider des restrictions plus importantes dans l’usage de l’eau. Cela souligne que les modes de consommation de cette précieuse ressource sont à revoir. Ainsi dans l’agriculture, le choix des plantes cultivées était fonction d’une situation climatique dans laquelle l’eau était disponible en abondance. Ce n’est manifestement plus le cas aujourd’hui, et il n’y a que peu de temps pour s’adapter. Le changement climatique est enclenché.

La sécheresse qui touche la France doit interpeller à La Réunion. Car notre île connaît également la sécheresse. Sans que l’on s’en rende compte, le mois de juillet a été le plus chaud. Il faut donc s’attendre ici aussi à des restrictions. Les perspectives sont plus tendues qu’en France, car la population de La Réunion continue d’augmenter, ce qui n’est pas le cas de la ressource en eau. La question de l’utilisation de cette précieuse ressource est donc une nouvelle fois posée. Plus que jamais, l’eau ne doit pas être gaspillée.

J.B.