Edito

Ebola et djiaddistes : les Etats Unis choisissent l’expansion de l’OTAN

J.B. / 6 septembre 2014

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est confrontée à l’expansion fulgurante du virus Ebola en Afrique de l’Ouest. On dénombre déjà environ 2000 décès et 3500 malades. Mais compte tenu de la facilité des échanges mondiaux, des risques sérieux existent pour que la maladie se propage hors d’Afrique. Face à la situation alarmante, l’OMS a réuni 200 experts les 4 et 5 septembre afin de faire le point sur les vaccins et traitements qui sont au stade d’expérimentation avancée. C’est une véritable course contre la montre qui est engagée.

Au même moment, les pays riche occidentaux se réunissent en Angleterre pour faire le point sur les avancées de l’OTAN. Leur préoccupation, c’est l’expansion militaire des Etats Unis qui est contrariée par les Russes, en Ukraine, et les djiaddistes, en Moyen Orient et en Afrique. Dans les 2 cas, ce sont les Américains qui sont à l’origine de la dégradation de la situation. Médecin Sans Frontières a beau lancer un appel d’urgence, ces puissances militaires réunies en Angleterre ne considèrent pas le risque de propagation de l’épidémie. Elles ont annoncé l’implantation de nouvelles bases militaires autour de la Russie.

Cette tendance à la militarisation du monde contraste avec les actions tendant à la Paix et au Développement. Par exemple, le Premier ministre Indien, M. Modi, vient d’effectuer une visite d’Etat au Japon. L’évènement est exceptionnel par sa durée : 5 jours, et par le haut niveau des relations : il a remis à l’empereur une copie du Bhagvad Gita, en guise de cadeau ; en retour, il a obtenu 35 milliards de dollars d’aide financière. Il y a un mois environ, il s’est opposé à ces pays qui sont actuellement réunis dans l’OTAN, et qui voulaient lui imposer la libéralisation du commerce en agriculture et produits alimentaires. En un mot, il a fait capoter la réunion à Bali, en Indonésie.

Entre combattre le virus de Ebola, contrecarrer les espoirs des djiaddistes et lutter contre la Russie, les dirigeants de l’OTAN ont choisi de concentrer l’opinion sur les sanctions à la Fédération de Russie. Si ce n’était pas de la diversion ça y ressemble. Objectivement, depuis le début, les Etats Unis sont les alliés des fondamentalistes religieux. Il les a encouragés.


Kanalreunion.com