Edito

Election présidentielle : J-363

J.B. / 9 mai 2016

Les dates de la prochaine élection présidentielle sont fixées. Le second tour aura lieu le 7 mai, dans maintenant moins d’un an. Ce week-end, c’était également le 4e anniversaire de l’accession au pouvoir de François Hollande, et demain cela fera un an que le chef de l’État a prononcé son discours annoncé l’objectif de l’égalité réelle. Si on regarde en arrière, le bilan des 4 premières années du mandat ont été loin de correspondre aux énormes attentes des Réunionnais. À l’élection présidentielle de 2012, il a recueilli la majorité des suffrages au premier tour et plus de 70 % au second. Dans la foulée, les législatives ont donné les 7 députés à la majorité. Le candidat à la présidence de la République s’était engagé sur la base d’un contrat. Il s’était engagé notamment à relancer le tram-train, à donner des moyens spécifiques pour lutter contre le chômage et à ouvrir une nouvelle ère avec La Réunion, en mettant en avant la prise en compte des propositions et le dialogue.

Force est de constater que le contrat n’a pas été respecté. Les plus de 70 % ont fondu. Lors des dernières élections régionales, la liste soutenue par le gouvernement et conduite par Huguette Bello a peiné pour dépasser 20 % au premier tour. C’est la conséquence de choix politiques. L’alternance n’a pas remis en cause l’austérité lancée sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Elle l’a même renforcé avec la baisse des dotations versées aux collectivités. Le changement de pouvoir n’a pas non plus remis en cause le soutien aux décisions de la Région Réunion présidée par Didier Robert : arrêt du chantier du tram-train et poursuite du projet de la route en mer. La NRL était pourtant bloquée à la suite du veto unanime du Conseil national pour la protection de la nature. Qu’à cela ne tienne, le gouvernement a donné les dérogations nécessaires pour dégrader la biodiversité.

Ces 4 années de mandat ont vu aussi la suppression du RSTA, une prime de 100 euros payée par l’État aux travailleurs ayant un salaire en dessous de 1,4 SMIC, et le retrait de la participation de Paris au bonus COSPAR, une prime de 50 euros. Ces dernières semaines ont été dominées par les manifestations contre le projet de loi El Khomri. Ce texte remet en cause la protection donnée par le Code du Travail et il favorise les licenciements. Le 1er mai dernier, le défilé des syndicats a donné lieu à des slogans anti-gouvernementaux, et les représentants du gouvernement à La Réunion ont été conspués.

Pour tenter de renouer avec la confiance, François Hollande a annoncé voici un an le lancement du chantier de l’égalité réelle pour l’outre-mer. Une loi d’orientation est prévue d’ici la fin de l’année. Elle devait se construire à partir d’une concertation avec les partis politiques des territoires concernés, ainsi qu’avec les parlementaires. L’objectif affiché est d’ouvrir une nouvelle ère. À La Réunion, le PCR a été le seul parti politique à adresser des propositions. À la lecture de la proposition de loi contenue dans le rapport, aucune n’a été retenue. L’orientation choisie est de continuer la même politique menée depuis 70 ans et qui a fait de La Réunion un département socialement hors-norme selon une étude conjointe de l’INSEE et du Conseil général. Les propositions ne tiennent pas compte de l’évolution que connaîtra la région dans laquelle La Réunion devra s’insérer.

Aujourd’hui, les échéances sont fixées, le compte-à-rebours a commencé.

J.B.


Kanalreunion.com