Edito

Élever le débat et la conscience politiques

LB / 27 novembre 2009

Dimanche dernier, plus de 2.500 Réunionnais se sont rassemblés à La Possession pour faire connaître à la population l’analyse du PCR sur la situation dans le contexte de crise, les risques d’aggravation dans les années à venir et les propositions de solutions, notamment après le premier Conseil Interministériel de l’Outre-Mer (CIOM) tenu à l’Élysée le 6 novembre. Comme nous l’avons déjà dit, ce fut une rencontre de haut niveau politique, très ouverte, sans polémique, ni vision électoraliste.
En toute logique, le secrétaire général du PCR était l’invité de Radio-Réunion le lendemain matin pour parler de cet événement majeur et contribuer à la suite des échanges entre Réunionnais sur les perspectives à donner au CIOM. Cela était d’autant plus important que la ministre de l’Outre-mer arrivait le même jour pour débattre avec les Réunionnais sur la mise en œuvre des annonces faites par le chef de l’État lors de ce CIOM. 

Or, que s’est-il passé dès ce lundi matin et durant les deux jours de la visite ministérielle ? Certains politiciens — toujours au plus bas niveau intellectuel et politique — se sont lancés dans une grossière diversion électoraliste autour d’un important projet pour le développement durable, porté par la Région, le monde économique, l’État et l’Union Européenne.
Cette diversion sur le tram-train avait non seulement un contenu minable en raison des informations inexactes et des arguments insensés de ses auteurs, mais encore elle mettait en cause les principes fondamentaux de la République mis en avant par le président Sarkozy 17 jours plus tôt. Enfin, elle avait pour but de détourner l’attention des propositions réunionnaises — à la fois urgentes, globales et cohérentes — pour résoudre nos problèmes cruciaux.

Mais les chefs et les complices de cette grossière diversion n’ont pas d’illusion à se faire : la grande majorité des Réunionnais ne se laisseront pas bernés par eux. Au contraire, ils s’intéresseront de plus en plus aux tâches militantes essentielles, comme celle de l’union réunionnaise la plus large pour assumer nos responsabilités face aux grands défis.
Que ceux qui ont des comptes à régler, des intérêts personnels à défendre, des frustrations ou des ambitions à satisfaire continuent leur agitation stérile. Le plus important, pour les Réunionnais qui veulent régler leurs problèmes de façon responsable, est d’élever toujours davantage le niveau du débat et de la conscience politiques.

L. B.


Kanalreunion.com