Edito

Elle n’a pas réussi à imposer sa candidate à Saint-André et se met en colère.

La présidente de PLR accumule les échecs

Témoignages.re / 19 novembre 2013

Qui peut aujourd’hui croire que la présidente de PLR n’avait pas une candidate en tête pour mener la liste de son parti aux municipales. Elle vient donc de subir un nouvel échec, et comme d’habitude elle tente de se faire passer pour la victime de ceux qui ont résisté à son autoritarisme.

En moins de deux ans, le parti monté par Huguette Bello pour détruire le PCR a perdu deux mairies sur les trois. Le premier échec est venu de Sainte-Suzanne. C’est là qu’elle a lancé son offensive contre le PCR. Elle a décidé de soutenir ceux qui refusaient le respect de la parole donnée. Sur la base de cette étonnante éthique, elle avait fait comprendre publiquement à la radio que demander à Yolande Pausé de démissionner pour provoquer de nouvelles élections était une violence faite à une femme. Or, cette démission était un engagement public de celle qui était alors maire de Sainte-Suzanne.

Quand le peuple a tranché la question, c’est le PCR qui a gagné. Les vaincus, ceux qui n’ont pas respecté leur parole, ont trouvé refuge auprès de Bello.

À Saint-André, c’est une autre mairie qui échappe à PLR. Comme à Sainte-Suzanne en 2012, ce sont des élus d’une liste PCR qui ont décidé de changer de parti, tout en continuant à bénéficier du résultat du travail des communistes qui les ont fait élire. Au mois d’avril dernier, le maire de Saint-André a été déclaré inéligible aux prochaines municipales par le Conseil constitutionnel. S’est alors posée depuis cette date, la question de savoir qui allait conduire la nouvelle la liste.

C’est à cette période qu’Eric Fruteau a réfléchi sur le nom de la personne qui pourrait tenir ce rôle. Le nom de Claudy Fruteau circulait déjà depuis plusieurs semaines. C’est à 48 heures du vote des adhérents de PLR à Saint-André qu’Huguette Bello annonçait son refus de valider la candidature de Claudy Fruteau pour des raisons d’éthique. Il est impossible de croire que la maire de Saint-Paul a découvert ce problème au dernier moment. Si elle a pris cette initiative à ce moment-là, c’est bien parce qu’elle était au pied du mur.

Elle avait en effet échoué dans son plan d’imposer son point de vue à Saint-André, et donc elle a trouvé toutes sortes de prétextes pour torpiller le choix de ceux qui se sont opposés à son autoritarisme. Et comme d’habitude, elle se pose en victime alors qu’elle subit le résultat de ses propres turpitudes. C’est la même méthode que celle qu’elle a utilisée pour se retourner contre le PCR.

C’est cette attitude qui a fait perdre Bello, et c’est cette attitude qui lui fera perdre Saint-Paul et son mandat de députée.

J.B.


Kanalreunion.com