Edito

En pleine crise, des millions dépensés pour faire la guerre

Céline Tabou / 16 septembre 2011

Grand ami du colonel Kadhafi, qu’il a accueilli en grande pompe en 2007, Nicolas Sarkozy s’est rendu jeudi 15 septembre à Tripoli, avec le Premier ministre britannique David Cameron, pour rencontrer le CNT. Après les accords signés sur le pétrole libyen, les deux hauts représentants ont tenu à consolider les liens avec le nouveau gouvernement.

Alors que la France est en pleine crise économique et financière, que le gouvernement met en place des mesures d’austérité et que Paris ne parvient pas à s’arranger avec ses voisins européens sur le sort de la Grèce, Nicolas Sarkozy décide de dépenser des millions pour se rendre dans une zone encore en guerre. Accompagné de plus d’une centaine de CRS pour assurer sa sécurité, le chef de l’État français souhaite profiter de la victoire libyenne, afin de redorer son blason.

« L’engagement de la France n’est pas terminé », a déclaré jeudi Nicolas Sarkozy qui a de nouveau demandé l’arrestation de Moammar Kadhafi. Cet engagement militaire et économique aura des conséquences majeures sur l’économie de la France, qui voit sa croissance stagné. En effet, le coût de l’opération française en Libye est de 320 millions d’euros, prélevé sur le budget de la Défense, mais « mutualisé dans le budget global » de l’État, a annoncé, le 6 septembre, Gérard Longuet, ministre de la Défense.

C.T.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • si les libyens veulent sarkozy qu’ls se le gardent ! ils n’ont qua venir voir se qu’il a fait de la France ! sarkozy n’ayant plus grand monde pour l’applaudir en France il faut bien qu’il aille chercher aillieur des applaudissements ! s’il s’imagine gagner des point il se trompe lourdement, les Français jugeront son action en France et non en libye ! surtout lorsque qu l’ont voit se que cela à couté en pleine ressession et sacrifices demandé aux Français !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com