Edito

Encore 5 milliards de réduction de dépenses publiques et les insouciants

J.B. / 11 mars 2013

Vendredi 8 mars, le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, a fixé la marche à suivre pour préparer le budget de 2014. Il faudra faire 5 milliards d’économie pour atteindre l’équilibre budgétaire.

A la fin de ce mois-ci, les ministres devront avancer leurs « propositions structurelles ». En avril, ces intentions d’économie seront recadrées dans des plafonds de dépenses prévues par les ministres de l’Economie et du Budget. Et, en juin, un projet de budget sera soumis au débat public. L’objectif est clair et le calendrier est très serré. Au regard de la lettre de Matignon, nous nous apprêtons donc à vivre encore dans l’austérité en 2014, avec des répercussions évidentes en 2015. Jérôme Cahuzac pense qu’on sera à l’équilibre en 2017. Ce qui sous-tend une longue attente.

Cette annonce intervient au moment où les collectivités réunionnaises votent leur budget prévisionnel pour l’année 2013. Certaines ont déjà voté, les dernières devront le faire avant le 31 mars. C’est la loi. Or, rares sont les élus réunionnais qui ont expliqué à leurs administrés l’aggravation de la crise et tiré les leçons appropriées pour l’architecture de leur budget. On a même vu certains maires se féliciter de disposer d’excédents budgétaires tandis que d’autres proposaient de financer des compétences d’Etat.

Et ce n’est pas encore le moindre des paradoxes. Le premier monde continue à fonctionner dans l’insouciance et l’opulence, la plupart faisant partie de la strate des 10% les plus riches et percevant un revenu au-dessus de 2.600 euros, selon les critères de l’INSEE. La Réunion ne sera pas épargnée. Ceux qui rêvent de statu quo risquent d’avoir le réveil brutal.

J. B.


Kanalreunion.com