Edito

Enfin, que le débat commence !

Ary Yée Chong Tchi Kan / 4 août 2016

Hier, a eu lieu la présentation du texte de loi sur l’Egalité réelle. Au-delà du contenu qui n’est pas nouveau pour ceux qui suivent l’évènement depuis un an, nous avons assisté à une mise en scène médiatique pour répondre à la critique unanime qui montait de partout : l’absence de concertation.

A la fin du Conseil, 3 ministres ont assuré le service après-vente dans des déclarations vidéos et télévisées. Tous les politiques, hommes ou femmes, qui, depuis un an, ont fui le débat sur l’avenir de La Réunion, sont dos au mur.

Désormais, la pression est sur le dos des parlementaires. La population dispose de 2 mois pour donner son avis sur un texte qui ne reviendra plus devant le Conseil des Ministres. Autant dire, c’est un véritable piège qui est tendu aux Députés et Sénateurs qui devront voter le texte gouvernemental, en octobre et en novembre, à quelques mois de la Présidentielle.

Pendant ce temps, nous n’avons aucune information sur les 138 millions promis, en août 2014, par le Président de la République pour sauver et pérenniser la filière canne-sucre. Or, c’est M. Le Fol, Ministre de l’Agriculture, qui a donné le feu-vert de la France à l’Europe pour mettre fin au régime des quotas et du prix garanti. Il avait le choix entre 2017 ou 2020, il a choisi 2017. Les planteurs vivent donc, en ce moment, la dernière coupe traditionnelle, sans savoir quel va être le prix demain. C’est le prix qui conditionne l’enthousiasme à planter ou à abandonner, puis s’inscrire comme nouveau chômeur à Pôle Emploi. Jamais, les agriculteurs se sont trouvés dans une telle situation stressante. Hier, le ministre le Fol parlait d’Egalité réelle. Il est intervenu comme porte-parole du gouvernement, c’était l’occasion de lever une inquiétude. Il n’a rien dit. Pourtant, le gouvernement sait que le sucre est quasiment le seul produit d’exportation. Depuis, 70 ans, d’une balance commerciale équilibrée, nous atteignons, aujourd’hui, 95% d’importation pour seulement, 5% de produits exportés. Alors, comment le gouvernement compte rétablir l’équilibre de la balance commerciale, en 10-20 ans ?

Eh bien, que les débats commencent sur l’avenir de l’économie sucrière d’ici 20 ans !


Kanalreunion.com