Edito

Face à la pénurie d’eau, soyons exemplaires, ici et ailleurs

Témoignages.re / 15 décembre 2012

Nous sommes déjà au milieu du mois de décembre et la pluie n’a pas encore refait le plein de nos réserves. Si la situation perdure, l’accumulation des déficits en eau d’une année sur l’autre sera fatale pour l’équilibre de la société. Il n’y a qu’à voir nos espaces “verts” grillés pour s’en donner une idée. En montagne, les éleveurs se plaignent du manque de fourrage. D’une manière générale, la pénurie d’eau est la pire des situations à gérer : cela nous oblige à être plus responsables et penser aux autres.

Par exemple, les Réunionnais s’apprêtent à partir en vacances à l’île Maurice. Ils seront reçus dans de superbes chambres d’hôtel où l’eau coule abondamment. Si le rêve est de faire oublier les aléas de la vie quotidienne, les Réunionnais doivent avoir un comportement exemplaire en cette période de sécheresse pour une utilisation raisonnable de l’eau.

JPEG - 147.1 ko

En effet, le journal “l’Express” de l’île sœur rapporte que dans la région du Morne, la distribution d’eau se fait par camion et décrit les difficultés d’un approvisionnement satisfaisant aux yeux des habitants. Certains n’ont pas hésité à barrer la route pour être entendus.

Extrait : « C’est l’exaspération face au manque d’eau au Morne. Les quelque 200 personnes qui sont descendues dans la rue le mercredi 12 décembre allèguent qu’il y aurait un traitement de faveur dans la distribution.

Zot get figir pou donn delo aster ”. Ces propos rageurs sont ceux de Dharam Faukeer. Comme lui, plusieurs habitants du Morne, qui souffrent du régime de coupure d’eau drastique imposée par la Central Water Authority (CWA), crient leur colère face aux « faveurs  » accordées, disent-ils, à certaines personnes de la région.

Mercredi dernier, ils ont décidé de créer une chaîne humaine afin de barrer la route aux camions-citernes. Résultat de cette révolte : hier, «  trois camions sont venus et on a pu avoir l’eau de sept heures à 11 heures  ». Du jamais vu depuis fort longtemps… Cela fait quatre ans que le mois de décembre est synonyme de « robinets secs  », s’insurgent des habitants du Morne. Il faut attendre janvier, disent-ils, pour que la situation s’améliore quelque peu. En attendant, certains se livrent à un véritable marathon pour avoir droit à quelques gouttes du précieux liquide. (…) Je dois faire plus de 400 mètres avec mon récipient d’eau chaque jour. Ce n’est pas chose facile  », renchérit Santhabai Bicotou, 65 ans. Avant-hier, «  nous étions quelque 700 à attendre le camion. A notre grand étonnement, nous avons constaté qu’il ne restait plus qu’une très mince quantité d’eau  », explique Bhakeet. »

Le reporter souligne que grâce à cette action, les robinets ne sont plus à sec, mais la population promet de remettre le couvert si nécessaire. Cette situation devrait inciter les Réunionnais à se comporter comme des Citoyens du Monde, responsables et fraternels. De vrais ambassadeurs du développement durable et solidaire, comme le proclame le programme du PCR.

Ary Yee Chong Tchi Kan


Kanalreunion.com