Edito

Face aux candidats des énergies fossiles, l’Union progresse chaque jour

J.B. / 23 octobre 2015

Ces derniers jours, Didier Robert a montré tout son attachement à son projet de route en mer dite nouvelle route du littoral ou NRL. Il a en effet dit que la Région Réunion était prête à reprendre à son compte le projet de raccordement de la NRL à l’entrée de Saint-Denis. Rappelons que pour garantir le financement de la clé de voûte de la nouvelle route du littoral, le tandem Bello-Annette soutient une étude qui vise à établir un péage à l’entrée de Saint-Denis. C’est la solution miracle qui obligera tous les automobilistes à payer les inévitables dépassements de crédits.
L’obstination de Bello-Annette à soutenir la NRL est une réalité. Aussi ils n’ont pas manqué d’humour hier en invitant certains journalistes, pas ceux de Témoignages en tout cas, les écouter se racheter une virginité dans le domaine de l’environnement.

En effet, Bello-Annette veulent continuer la route en mer à tout prix, c’est ce que rappelle le projet de péage. Ils annoncent le projet d’un train d’une trentaine de kilomètres entre Saint-Denis et Saint-Benoit. Mais le mode de financement proposé par Bello montre qu’en réalité, les diviseurs de la gauche ne veulent pas du train. Ils lient la pose de la première traverse de chemin de fer à un bien hypothétique financement d’un fonds Juncker dépendant du bon vouloir de la Commission européenne. Ils pourraient faire plus simple en renonçant dès maintenant au péage et à leur soutien à tout prix de la NRL, cela permettrait d’avoir des fonds pour financer l’amorce du chemin de fer. Mais ce n’est pas leur choix.
C’est pourquoi Bello-Annette ne craignent pas de faire rire en envoyant Cadet en première ligne pour apporter une caution soi-disant écolo à leur manœuvre. Ce dernier dit que l’objectif est d’arriver à 50 % d’énergies renouvelables en 2021. Comment donc y croire en menant la même politique des transports que Didier Robert : tout pour la NRL ?

La convergence objective entre Didier Robert et les diviseurs de la gauche apparaît chaque jour plus évidente. Leur soutien commun à la NRL à tout prix, c’est la condamnation de tous les autres projets alternatifs.
Fort heureusement, les Réunionnais ont le choix d’une autre politique. L’union PCR-Progrès a imposé le train comme une proposition obligée de tous les candidats. C’est en remettant en cause le tout-automobile qu’il sera possible de gagner le pari de l’autonomie énergétique. Seule l’Union est porteuse de ce projet écologique. Entre l’original et de bien pâles copies, nul doute que la population fera le bon choix le 6 décembre.


Kanalreunion.com