Edito

Faut-il traduire les sondeurs devant les tribunaux pour propagande mensongère en période électorale ?

J.B. / 21 août 2015

Ca y est les sondages sont tombés. La manipulation de l’opinion est tombée à un niveau bien bas. À moins de 6 mois d’un scrutin important, les responsables de ces sondages participent à orienter les citoyens. Peu importe le sens qu’ils en donnent, ils sont des agents de la manipulation. Ils décident des conditions du sondage. Ils ont des moyens financiers et espèrent en tirer un bénéfice. La démocratie électorale est biaisée.

Dans le passé, nous avons vécu un demi siècle de fraude électorale qui donnait toujours le candidat officiel vainqueur. Souvent, le candidat communiste récoltait moins de voix que le nombre de ses colistiers. Les élections étaient validées. On pouvait compter sur la radio et la télé publiques pour donner l’argument expliquant la défaite des Communistes et saluant la reconnaissance de La Réunion Française.

Il y a 10 ans, les sondages orientaient l’opinion sur la victoire du Oui au référendum sur la Constitution européenne. Cela semblait évident vu que la droite, les Centristes et le PS étaient d’accord. Eh, bien, c’est exactement le contraire qui se produisit. Au final, les Français ont voté NON à 54 %. Dans les DOM-TOM, La Réunion était en phase avec 60 % de NON. Aucun institut de sondage n’avait prévu cette situation. Pourquoi ?

Plus près de nous, en 2014, les sondages donnaient Huguette Bello grand vainqueur à St Paul, avec 62 % au premier tour. Tout était plié d’avance. Elle fut battue. Les sondeurs n’avaient pas prévu le coup et ont fini par trouver des réponses pour interpréter ces résultats. Normal, car un sondeur ne se trompe jamais. Ils n’ont toujours pas perdu espoir et propulsent toujours la même, en lui faisant encore miroiter la bonne place. Et elle tombe dans le panneau. Dur sera le réveil. Nous serions de gros naïfs de penser que les sondeurs sont neutres.

Pourtant un observateur impartial peut constater que les gesticulations médiatiques actuelles ne sont que tromperies sur marchandises avariées. Pour se donner bonne conscience, les manipulateurs professionnels sondent sur des noms qui ne sont même pas candidats. Ça fait bien. Par contre ils ont rayé le FN. Qui peut croire que le FN fera Zéro voix ? Annette est avec Bello, mais il est quand même sondé comme candidat. Mort De Rire !

C’est tout cela qui explique notre titre : faut-il traduire les sondeurs devant les tribunaux pour propagande mensongère en période électorale ?


Kanalreunion.com