Edito

Frankenfish

J.B. / 27 avril 2013

Le journal “le Monde” rapporte que les Etats-Unis pourraient accorder une autorisation de vente de saumons transgéniques. Le dossier est soumis à enquête par la FAD. Les opposants s’organisent pour dénoncer ce qu’ils appellent « frankenfish », en comparaison avec l’histoire du film « frankenstein ». La modification consiste à insérer 2 gènes provenant de 2 espèces différentes.

Le journal écrit : « Le premier code pour une hormone de croissance normalement présente chez le saumon royal de l’océan Pacifique ; le second, issu d’une anguille, doit faire grandir le saumon tout au long de l’année, même lors de la saison froide alors que sa croissance se met d’ordinaire en pause poisson »

« Au final, les saumons transgéniques deviennent adultes en deux fois moins de temps que leurs cousins sauvages, à savoir que dix-huit mois au lieu de trois ans. Pour leurs promoteurs, ces animaux génétiquement modifiés représentent une protéine à bas prix et de haute qualité qui ne constitue pas une menace pour l’environnement et notamment des stocks de poissons sauvages limités. »

Décidément, on n’arrête pas les aventuriers qui s’amusent à modifier l’environnement, sous couvert de « la science ». Ce qui les conduit jusque-là, c’est la recherche de profits. Pourtant régulièrement l’opinion est mise en alerte concernant des produits alimentaires trafiqués.

Pas plus tard qu’avant-hier, l’enseigne IKEA, entreprise multinationale située en Suède, a dû retirer de la vente une série de boulettes qui auraient donné des vomissements et diarrhées à des personnes qui les ont consommées. L’enseigne a dit agir par mesure de précaution. Mais quand même, cela donne froid dans le dos. Surtout qu’elle a déjà subi 2 autres cas similaires. Elle a été contrainte de retirer de la vente les boulettes dans 25 pays. Un mois après, c’est au tour des tartes au chocolat.

« Frankenfish » est autrement plus dangereux que ces opérations d’Ikéa.

J.B.


Kanalreunion.com