Edito

French Blue arrive, Air Austral bientôt dans les turbulences

J.B. / 23 décembre 2016

JPEG - 13.7 ko

L’arrivée d’une nouvelle compagnie aérienne approche à La Réunion. French Blue, filiale d’Air Caraïbes, se posera en juin prochain à La Réunion. Dans un premier temps, les vols s’effectueront avec un Airbus A330 avant la mise en service en juillet du dernier avion du constructeur européen, l’A350.

French Blue promet une baisse des prix en s’appuyant sur le modèle low-cost et un nouvel avion, l’A350. Il permettra un coût d’exploitation inférieur aux avions des compagnies déjà présentes à La Réunion sur la liaison vers la France.

Cette venue confirme avec plusieurs années de retard la justesse de la stratégie des anciens dirigeants d’Air Austral. Avec l’Airbus A380 et la création de la compagnie low-cost Outremer 380, Paul Vergès et Gérard Ethève annonçaient une baisse des prix d’au moins 20 % toute l’année pour tout le monde et sans subvention. Si le projet avait été mené à terme, les Réunionnais bénéficieraient depuis trois ans de ces nouveaux tarifs.

Marc Rochet, le dirigeant de French Blue, croit en la réussite de ce concept. Il rappelle l’erreur des compagnies aériennes qui n’avaient pas vu venir l’arrivée du low-cost sur les vols moyen-courrier. Ces dernières sont à la traîne et ont dû se diriger vers ce modèle qui a favorisé une hausse considérable du trafic aérien grâce à des prix plus bas. Cette fois, le low-cost se déploie sur le long courrier.

Les compagnies aériennes déjà présentes à La Réunion devront revoir leurs prix pour ne pas perdre des parts de marché. Air France a les reins suffisamment solides pour le faire. Corsair et XL Airways peuvent s’appuyer sur d’autres liaisons intercontinentales pour équilibrer leurs comptes. Pour Air Austral, la menace est bien plus sérieuse. À en croire ses dirigeants, une baisse de ses prix aurait de lourdes conséquences sur ses comptes.

La compagnie réunionnaise ne serait pas dans cette situation si le projet de Paul Vergès et de Gérard Ethève avait été poursuivi. Air Austral aurait alors joué un rôle de précurseur dans une nouvelle étape de la démocratisation du transport aérien. Mais la direction de la Région, élue en 2010 grâce à l’attitude du Parti socialiste et de Huguette Bello, a préféré un système clientéliste, où une partie du prix du billet d’avion est pris en charge par les contribuables. Tout cela n’a pas empêché l’arrivée du low-cost à La Réunion. La différence, c’est qu’au lieu qu’une compagnie réunionnaise puisse en tirer des bénéfices, elle risque d’en être la première victime.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • " Y jette largent par la fenêtre pou ramasse lo roche", voilà le résultat du manque d’anticipation de cette nouvelle équipe à la tête de la Région. Le non respect du travail des autres, l’intolérance et le manque de reconnaissance d ’utilité publique des projets des opposants, nous conduit à nouveau vers une désastre économique. Actuellement, si le projet d’achat de l’A380 était concrétisé, cette menace d’une nouvelle compagnie aérienne concurrente aura été éloignée. Non, la tête lé dure même. La pas assez mèt encore dann la kouyoniste. Après avoir laminer le projet de l’A380. La même équipe enterre le projet du Tram Train. Pourquoi : parce que c’est un projet des progressistes, des communistes et des gens de bon sens....mais c’est un projet des opposants. Rien n’empêche à cette nouvelle équipe régionale de faire preuve d’intelligence et d’admettre que le tram train est l’une des meilleures solutions pour limiter l’asphyxie de la circulation à la Réunion. Rien n’empêche à cette nouvelle équipe de faire preuve de pertinence et de lucidité sur ce dossier aérien. Au lieu d’être dans la réaction, elle doit anticiper. Pour le faire, il faut aussi être visionnaire et de ne pas se contenter de satisfaire quelques lobbies .
    Michel.M

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com