Edito

Grâce à Gilbert Annette, le parti d’Emmanuel Macron a eu son seul parlementaire à La Réunion

J.B. / 5 octobre 2017

JPEG - 13.7 ko

Mardi, le Sénat a élu son président. Peu de temps après, la composition des groupes politiques a été connue. Le 24 septembre, 4 sénateurs ont été élus à La Réunion. Tous sont de la même obédience politique. La liste Les Républicains a eu trois élus, celle du PS conduite par le LPA a obtenu le quatrième siège. À Paris, ces quatre sénateurs siègeront dans quatre groupes différents. Viviane Malet est la seule à adhérer au groupe Les Républicains. Le second de la liste, Jean-Louis Lagourgue, sera dans une fraction Les Républicains plutôt favorable au gouvernement, tandis que la première de la liste, Nassimah Dindar a porté son choix sur le groupe UDI. Pour sa part, Michel Dennemont a choisi le groupe La République en marche, celui du président de la République.

Dans Témoignages d’hier, il était souligné que l’ancrage du parti d’Emmanuel Macron se renforçait à La Réunion, avec la transformation du groupe LPA de la Région en groupe LREM. Or, lors des dernières régionales, Michel Dennemont, qui s’est toujours dit de droite, a été élu sur la liste LPA-PS-PLR. Lors des dernières sénatoriales, le PS sous la direction de Gilbert Annette a refusé l’union avec le PCR et les autres forces de progrès pour reconduire la sénatrice sortante, Gélita Hoarau. Il a préféré monter une coalition avec le LPA. Les grands électeurs peuvent aujourd’hui constater le résultat de cette manœuvre. Elle permet à LREM, le parti du président Macron, de compter un sénateur de La Réunion dans ses rangs. Pourtant lors de ce scrutin, LREM avait investi une autre liste conduite par Brigitte Hoarau qui n’a eu aucun élu.

Gilbert Annette offre donc sur un plateau une représentation parlementaire inespérée pour le parti au pouvoir en France. Déjà lors de la présidentielle, la fraction de Saint-Denis du PS avait fait campagne pour Emmanuel Macron. Aux législatives, les deux candidates soutenues par le maire de Saint-Denis ont annoncé leur soutien à la majorité présidentielle. L’une d’entre elles avait même obtenu l’investiture de LREM, elle avait été battue tandis que l’autre s’est finalement inscrite dans le groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Aux sénatoriales, les grands électeurs ont clairement refusé l’élection d’un représentant de LREM. Mais la tête de liste du PS aux sénatoriales a choisi de faire partie du groupe LREM. Autrement dit, les grands électeurs qui ont voté pour la liste soutenue par Gilbert Annette ont été trompés. En effet, auraient-ils voté pour cette liste s’ils savaient que l’objectif était l’élection d’un sénateur pour La République en Marche ?

Grâce à Gilbert Annette, le parti d’Emmanuel Macron a donc réussi à avoir un parlementaire à La Réunion, sans même avoir eu besoin de faire campagne pour atteindre cet objectif.

J.B.